Tony Micelli a des goûts de chiotte

slider00picto052_1

Gamin, on matait « Madame est servie » le soir en mangeant. Ça passait sur M6 vers 20h10, juste avant la météo et encore avant le « 6 minutes de M6 ». Pile-poil le bon « timing » d’un dîner de semaine pour mes vieux. Y avait Tony Micelli, le bel étalon rital qui cuisinait et tenait la baraque pour Angela, la « working girl » blonde un peu coincée. Évidemment, ils sont amoureux mais ils n’ont pas le droit de niquer – même rapidement sur la machine à laver – vu qu’on est dans une série américaine pour wasp. Bref, comme vous le supputez, j’ai eu une enfance très difficile, obligé que je fus de me coltiner ce genre de niaiserie tous les soirs. Et dans ma douleur, je me souviens aussi du « Cosby Show » ou pire encore de « Notre belle famille » qui, rien que de l’écrire, me donne envie de vomir sur mon clavier. C’était au début des années 90, je rêvais d’être une sorte d’Axl Rose français quand tout d’un coup il s’est passé un truc de malade dans un épisode de « Madame est servie ». À un moment, y’a une nana avec un look de rockeuse des années 80 qui écoute son wakos en prenant un air jouissif et qui demande tout d’un coup à Tony Micelli, assis à côté d’elle :

Vous aimez Bon Jovi ?

Dans un épisode de « Madame est servie », on cause de Bon Jovi. Incroyable. Qu’allait bien pouvoir répondre le brave Tony ? Ce type n’avait pas l’air d’un hardos. Passe son temps avec son aspirateur à chanter en italien. J’étais suspendu aux lèvres de Tony. Que pensait-il de Bon Jovi ? Ça, c’était une putain de bonne question. Il se passait enfin quelque chose d’excitant dans « Madame est servie » ! Après nous avoir servi son sourire de rital plein de dents, Tony répond :

Bon Jovi ? Oui, c’est pas mal. Mais sont un peu calmes pour moi… Je serais plus branché par les « Jetboy » 1

Alors la nana fait une moue genre « attention ça rigole pas » et après on s’en fout de ce qui se passe vu que la principale information à retenir de la série est que : les Jetboy éclatent Bon Jovi. Un groupe qui défonçait Bon Jovi !! Ça me semblait fou, synonyme d’espoir, ça avait l’air terrible. Rien que le nom : J-E-T-B-O-Y. Putain, ça ne devait pas rigoler.

Alors ce groupe m’a obsédé principalement pour deux raisons : Premièrement : j’étais fan de Bon Jovi et j’ai toujours trouvé que ce groupe – dans le genre Hard FM – était terrible, donc un groupe qui les encule moi je demandais à voir. Deuxièmement : PERSONNE autour de moi ne semblait connaître les Jetboy, ce qui était très énervant, surtout pour les psychopathes de mon espèce. Alors des années durant, à chaque fois que je tombais sur un hardos qui écoutait du Heavy ou des trucs comme Scorpions, Van Halen ou Aerosmith (peu importe), je posais systématiquement la question :

Ah tiens, puisque tu parles de Mötley Crüe, tu ne connaîtrais les Jetboy par hasard ?

Irrémédiablement, la même réponse :

— Jetboy ? Jamais entendu parler…
— Bah t’as tort mon pote, paraît que c’est un super groupe qui encule Bon Jovi bien comme il faut.
— Mouais enfin, à peu près tous les groupes enculent Bon Jovi donc bon…

Certes.
Mais pour qu’un mec aussi false que Tony Micelli le dise lui-même, putain les Jetboy ça devait être quelque chose… Obsédé par ce groupe que personne ne connaissait et qui avait l’air de tout dévaster, je décidais d’évoquer ce dossier avec l’un des vénérables hardos de mon village, le genre qui avait lu Enfer Magazine, abonné depuis des lustres à Hard Rock Mag’, le mec dit « bible ambulante » qui connaissait quasiment tout sur tout (et poussait même le vice à faire des petites fiches cartonnées pour ses groupes préférés).

— Jetboy ? Oui, je connais. De nom.

A New Hope. Il fronce les sourcils, réfléchit, fait le tri dans sa caboche. J’entends presque les synapses de son crâne se mettre en branle.

Je dois avoir un article sur eux, une news dans un vieux Hard Rock mag’… C’est des glameurs, non ?
— Mais non. C’est du Hard bien couillu, même que Bon Jovi à côté c’est des tapettes.
— Bon Jovi, c’est des tapettes tout court.

Il cherche dans sa démentielle collection de HRM sous mon œil fébrile.

Tiens, voilà !

Trois pauvres lignes (quelle déception) qui annonce un nouvel album avec une photo (quand même !). Je vois un mec aux cheveux longs, une espèce de crête bicolore, le type pose avec un iguane et un serpent ( ?!) dans une posture très « alicecooperienne ». Cette image rejoint la photothèque de mon subconscient puis les années filent et j’oublie – un peu – les Jetboy. Autant en emporte le riff.

Aube des années 2000, l’époque des premières lignes ADSL et du tout Internet à l’égout, je suis chez un pote que je force à écouter Slayer en fumant des joints. Le pote en question est fan d’informatique, il est tout le temps fourré sur le Net et passe des week-ends entiers à jouer à des jeux comme Everquest ou Dark Age of Kamelot. Il me bassine depuis des heures avec son super nouveau logiciel « la moule », il est tout excité avec ça, même qu’on trouve tout, on peut tout downloader même les séries, les films, etc.

Tu vois, par exemple, tu cherches un titre de Slayer, bah tu tapes « S-L-A-Y-E-R » dans le moteur de recherche et t’as tous les fichiers, vidéos, chansons dispos de Slayer qui tombent…

Il s’exécute et là, sous mes yeux, je vois une kyrielle de chansons qui s’incrémentent comme par magie. Tout et n’importe quoi. Mais tout, surtout. J’ai le vertige : tout est téléchargeable. Tout ce que vous voulez, suffit de demander à la moule et elle vous le liste. Putain de bordel de cul à chiotte.

— Dis-moi, tu peux me taper un truc pour voir ?
— Tout ce que tu veux, mon pote.
— Tape Jetboy dans le moteur de recherche.
— Jetboy ??? C’est un groupe ? Connais pas.
— Normal que tu ne connaisses pas, t’es pas un vrai hardos. La semaine dernière encore, je t’ai chopé en train d’écouter du Classique…

Il se marre.

Ah ! Y’a un album de dispo… « Damned Nation »… Putain ça date de 1990 ton truc. T’es sûr que c’est ça que tu veux ? Parce que là, y’a que trois sources et la connexion se traîne, ça va prendre des jours.

« Damned Nation »… Rien que le titre de l’album déchire sa mère. Évidemment, que c’est ÇA que je veux écouter là de suite. Sauf que c’est pas possible. Alors on laisse le PC du pote tourner et je rentre chez moi. Dans la nuit, je reçois un texto :

Le pote : ton album é tombé jtle grave sur CD et jte ramène ca demain mon pote
Canard : merci vieux ramène aussi ton discman steup because j’ai un mini disc encore merci enfoiré

Sur des charbons ardents, le lendemain matin dans les couloirs de la Fac, je tourne autour de mon pote comme un jeune chiot excité qui me tend le CD gravé. Évidemment, il a oublié son Discman (NIKAMOK !!!) et j’ai envie de le tuer. Ô rage, ô désespoir. Vite, un plan B. Je saute sur Sophie, une des nanas de ma promo qui vient en caisse à la Fac et qu’a un poste Radio-CD dans sa bagnole :

Eh Sophie, ça te dérangerait pas de me prêter les clés de ta bagnole pour ce midi ? j’ai un truc à faire…
— Tu veux faire des cochonneries avec quelqu’un en particulier ? dit-elle en minaudant.
— Nan, t’y es pas, mais si tu veux je me branlerais en pensant à toi, j’ai un truc important à faire. Je te repose la question : peux-tu me passer les clés de ta tire, oui ou merde ?
— C’est encore pour fumer des joints, c’est ça ? Après ça pue dans ma voiture, je…
— T’y es pas, je veux juste écouter un CD, merde à la fin.

Elle me regarde comme si je lui avais annoncé que je comptais démembrer des animaux vivants ou un truc comme ça. Écouter un CD un midi dans une bagnole ? Quelle drôle d’idée.

Si c’est juste pour écouter un CD, pourquoi tu vas pas au BDE ? Y’a des tas d’ordinateurs avec Internet et y’a même une chaîne hifi avec un casque.

Le Bureau Des Étudiants ! Super idée. Je fonce au BDE avec mon CD sous le coude. C’est ouvert, l’un des mecs du bureau me reconnaît, c’est un sale fan de Dream Theater qui tient un cercle de rôlistes au sein de l’université. Il me fait un signe de tête auquel je réponds : « Dream Theater, c’est de la merde ! Pourquoi t’écoutes pas Slayer ? ». Il se marre et je m’installe sur un PC libre, je vire le casque pour brancher mes écouteurs et je glisse érotiquement le CD dans la fente de l’ordinateur qui l’avale tout rond, la salope. Mes écouteurs sont trop courts, ce qui fait que je suis obligé de me pencher et j’ai l’air d’un con.

Enfin !

Enfin ce groupe dans les portugaises, THE groupe qui savate Bon Jovi dont Tony Micelli est fan !

Je tremble presque.
Et là.
Ami lecteur.
Tragique déception.
Horrible consternation.

J’entends une espèce de Glam de D2 qui pue le Gun’s à plein nez. C’est pas possible. Doit y avoir une erreur, ça encule rien du tout. J’avance à la track 2 (évidemment mon pote n’a pas écrit les titres) et pas mieux. Ça, plus terrible que Bon Jovi ? Il est fou ce Tony Micelli. Alors tout d’un coup, tout s’éclaire : mon pote me fait une blague. Il m’a collé un « sous Poison » au hasard pour se foutre de ma gueule. Quel fils de pute. Ça va pas se passer comme ça. Je fonce au réfectoire de la cantine, il est attablé avec trois grognasses de notre promo. Je balance le CD sur son plateau.

C’est pas Jetboy, ça ! Bien essayé, espèce d’enculé.

Il se marre alors que je suis à deux doigts de lui planter sa fourchette dans la glotte.

Si, je te jure, c’est bien Jetski ! (il essaie de faire de l’humour cet impudent) Le fameux groupe qui « encule Bon Jovi ! »… Sincèrement, je m’en fous de tes histoires, tu me dis : télécharge-moi ça, je vais pas aller m’amuser à aller chercher un mauvais groupe similaire pour te faire une blague. T’es la seule personne que je connaisse, capable de faire ce genre de truc.
— T’écoutes Bon Jovi, Canard ? demande une des trois grognasses. Moi je croyais que t’écoutais du Hard genre Metallica ou les groupes horribles dont tu portes les T-Shirts.
— Mais Bon Jovi, c’est du Hard, merde à la fin !
— Disons que c’est du Hard pour nanas, c’est son côté « fleur bleue » à mon pote.

Et tout le monde part dans un grand rire de connivence.

Pourquoi tout le monde se moque de Bon Jovi ? Pourquoi personne ne respecte Jon ? Ça me rend fou. Alors je suis dépité, pas par ça en particulier, c’est un tout. Tant d’années à fantasmer sur un groupe de merde, je me sens las, la vie est dure parfois. Je rentre chez moi en serrant le CD contre moi, je suis affligé et j’ai envie de pleurer. Je passe le CD dans ma chaîne en contemplant le plafond de ma chambre. « Heavy Chevy » tient bien le pavé, ça me donne envie d’écouter du Cinderella, tiens. « Damned Nation » n’est pas si mal. Mais bon, une chose est sûre : Jetboy n’encule pas Bon Jovi et Tony Micelli a des goûts de chiottes.

1- Les carnets roses d’un certain site de chroniques Metal auquel participe l’auteur vous apprendront qu’en fait il avait compris de travers et que Tony est fan des Beastie Boys et non des Jetboy, ce qui donne une dimension un peu plus absurde à l’histoire : à relire ici.

Retour aux Chroniques
Retour en haut de page

A propos de Canard :

Les autres commentaires de Canard

11 réponses à “Tony Micelli a des goûts de chiotte”
  1. Alexis
    01.09.2013

    Bonne chronique, je m’abonne :)

  2. Emilien
    02.01.2013

    Excellent je vais suivre tout ça de prés

  3. Macareux
    02.06.2013

    Excellent.
    J’avais raté la chronique de cet album (pas manqué grand chose avec l’album lui-même ceci dit) sur le site.

    Maintenant, direction abonnement !

  4. 02.10.2013

    http://born666.blogspot.fr/2013/02/news_9.html

    Tiens, des nouvelles pas fraîches du tout de Jetboy, HardRock Magazine, janvier 1988 (j’avais cinq ans…).

  5. 02.12.2013

    Splendide !
    Comme dit Christophe Lambert dans Vercingétorix :  » Il est toujours sage de penser que César sait toujours ce qu’il va savoir » . Je pense que vous avez tellement cherché les Jetboy qu’ils ont fini par exister ! Sait-on jamais, si Evelyne Dhéliat annonçait une canicule en février, peut-être que le lendemain, le temps s’exécuterait ?
    Je regardais aussi Madame est Servie en rentrant de la Fac mais cela ne m’a pas permis de découvrir les Jetboy (j’ai dû rater l’épisode ou Tony Danza cite inconsciemment le groupe !).
    Quant à Bon Jovi, le monde du Metal, plutôt que se foutre de sa gueule devrait lui dresser une statue. Il a certainement attiré plus de gens vers le Hard-Rock, (puis le Heavy, puis le Thrash, etc. ) que n’importe quel Black Sabbath.

    • Canard
      02.12.2013

      Super le Rodeur est dans la place !
      Yeah.
      Vive Nanarland (à quand une publicité la bas ?).
      Sinon juste pour info, Tony Danza cite les « Beastie Boys » dans l’épisode en question. Et j’ai compris de travers et cherché le mauvais groupe pendant plusieurs années.
      Et sinon oui, BON JOVI merci à eux. Merci pour leur Hard FM si accessible, pour l’interprétation de Jon, que Richie Sambora soit sanctifié et que des cédés par palettes entières continuent d’être écoulés. AMEN !

  6. theshaman
    02.13.2013

    Du coup, j’ai regardé l’épisode incriminé en entier. Je suis bien content d’avoir échappé à ça pendant ma jeunesse. Entre les « blagues » qui tombent à plat, le mauvais jeu d’acteur (le doublage doit pas aider celà dit) et la ringardise de l’ensemble, ce feuilleton a du probablement créer toute une génération de dépressifs, de drogués ou de fans de Slayer.

    • Canard
      02.13.2013

      Et encore, Madame est servie est loin d’être la pire série. On peut y « puiser » certaines choses et la galerie de personnages est sympa.
      Si tu veux vraiment vomir, va jeter un oeil sur « Notre belle famille ».
      Brrr brrr

  7. Redsatch
    03.21.2013

    Excellente chronique mais qui me pose un gros problème… l’obligation de lire maintenant toutes les chroniques au lieu de bosser!! C’est malin ça Monsieur Canard!… et en conclusion ouais Bon Jovi c’est trop ! (pour peu qu’on s’arrête au génialissime Keep the Faith).

  8. Le Grand Ninja
    03.25.2013

    Franchement, mon canard, t’as une belle plume.

    Certes avec une seule plume, un canard est à deux doigts de finir laqué à l’Empire Céleste, sur une assiette balancée par un serveur « tenez bande de connards »…

    Mais quand même, des années après, il m’éclate aux yeux la raison qui faisaient que les trois radasses embourgeoisées te trouvaient indignes de trainer avec les deux pourris.

    Rythmé, enlevé, avec des traits d’humour à faire rire aux éclats Régis. Encore une victoire de Canard !

    Ca me donne presque envie de tenir ma chronique. Ah merde, on me dit qu’il n’y a plus de places chez Hot Vidéo…

    • Canard
      03.27.2013

      Ah…
      Mon vieux maître qui lit mes papiers et me complimente avec trois private jokes par ligne.
      Joie et félicité !
      Les trois radasses avaient tout faux depuis le début. Comme souvent. J’ai été au contraire très honoré de trainer avec les parias de cette fac de petits WASP en col blanc (et non col vert).Et oui, Hot Vidéo devrait te recruter. Personne ne fait mieux l’article que toi.
      Des bisous sexuels.
      Coin Coin


Répondre


Et aussi…

 

slider35
slider34
slider23_bonus
slider33bis
slider33
slider32
slider31
slider30