David Charvet contre Sepultura (3/3)

slider08 picto052_4

5

Fred me connait bien. Je promets, donne des gages et assure de ne pas agresser Thomas en premier. Le présumé coupable de crime contre le bon goût entre dans le studio, accompagné d’un autre type. Un gros huileux avec des lunettes, polo Lacoste délavé, bermuda, gueule de merde. Je regarde Fred paniqué : qui c’est ce mec ? C’est pas un autre intervenant ? Thomas porte un T-Shirt « Droit au but », des lunettes de soleil surplombant sa petite brosse blonde. J’ai envie de le tuer. Il serre la main à tout le monde, il fait des blagues, prend des poses de mec « cool » agrémentées de quelques mimiques de racailles (sauf que c’est juste un branleur). Je regrette instantanément de ne pas avoir mis mon t-shirt du PSG juste pour lui tendre une perche fatale qui m’autoriserait à le réduire à néant. Il me serre la main, j’essaie du bout des doigts de lui envoyer un sort de « foudre glacial » (comme dans les jeux de rôle) mais ça marche pas. Le gros huileux n’est autre que son beau-frère qui l’a emmené, Thierry ou un truc comme ça, prof de math dans un collège. Je voudrais utiliser sa graisse à lui pour faire frire Thomas sous les yeux de Fred consterné.

Le reste de la chronique est désormais disponible en version Kindle ICI (jusqu’au 31 aout 2016, PGC participe au concours des « Plumes Francophones », merci pour votre soutien)


Retour aux Chroniques

Retour en haut de page

A propos de Canard :

Les autres commentaires de Canard

10 réponses à “David Charvet contre Sepultura (3/3)”
  1. JR
    05.27.2013

    Peut-être ton meilleur papier. Ca m’a parlé car j’étais animateur radio amateur autrefois et je viens d’envoyer bouler une formation pro pleine de petits cons poseurs fans d’Hanouna.
    Mais j’adore ton style d’écriture, ton caractère entier, les prises de position et toutes les figures de style que tu utilises. Chapeau l’artiste !

    • Canard
      05.27.2013

      Merci beaucoup.
      D’ailleurs, j’en profite pour vous remercier tous pour vos encouragements, les compliments (et les insultes aussi).
      Ca me donne envie de continuer à raconter mes salades pas fraîches.

  2. Deathrash
    05.27.2013

    Ptain la fin est limite triste, mais quel coup de pute.
    Sinon avec ton pote c’était vraiment fini ensuite ?

    • Canard
      05.27.2013

      Bah ouais. On ne s’est plus revus après, enfin pas vraiment. J’étais beaucoup plus intransigeant (pour ne pas dire « con ») à l’époque que maintenant. Et David Charvet franchement, c’était pas possible. Le simple fait qu’il soit pote avec un rappeur me posait de graves problèmes de conscience. Il a fallu que je viole sa soeur pour que je puisse lui pardonner, et encore ça n’a pas suffi à nous réconcilier (enfin ça c’est une autre histoire).

  3. Judas
    05.27.2013

    Je pense au « tournez ménage » des inconnus et plus particulièrement à la sortie de Momohamed : « tchh, je m’en vais comme un prince ».
    Les principes ont un prix et cette chronique nous le montre bien. C’est une fin triste mais la vie est ainsi faite, et seuls les amis les plus proches le restent.

  4. 05.27.2013

    Superbe. Franchir la porte ainsi, un grand moment True…

  5. Emilien
    05.28.2013

    Tu a un grave soucis psycologique Canard mais j’aime quand meme haha

  6. Chris
    05.28.2013

    Salut Canard,

    Je viens de lire tes dernières oeuvres en écoutant le nouveau Megadeth !
    Toujours aussi drole (ton histoire, pas Megadeth, l’album n’est pas meilleur que Thirteen ! Arghhh!!!!).
    Vivement tes nouvelles aventures.

    A+

  7. Tonton Rockhard
    05.29.2013

    Ouais je dois avouer que connaissant le personnage, c’est excellent, le voir taper sa crise pour pas passer après Charvet, j’imagine très bien la scène et je suis mort de rire!!!

  8. Fitch Zardû
    11.05.2013

    Croustillante à souhait la référence croisée à « Fight club » et au « cuisinier, le voleur sa femme son amant » : « je voudrais utiliser sa grasse à lui pour le faire frire Thomas sous les yeux de Fred consterné« . N’en déplaise à Yoda, la haine et la colère guident tes pas vers la qualité, mon canard. Sur la forme, c’est peut-être exagéré d’avoir laissé tomber ce Fred comme ça, mais vu le soulagement décrit, on sent qu’au fond, tu cherchais un prétexte pour couper les ponts avec cet opportuniste. Me suis toujours méfié des mecs potes avec tous. Ils ne sont finalement amis avec personne d’autres qu’eux-mêmes, ce sont des putes. Et pis, on ne se refait pas, c’est une qualité d’être tranchant comme un rasoir, un baromètre pour les autres qui connaissent la limite à ne pas dépasser. S’ils s’en offusquent, ils pourront toujours assister au viol de leur soeur en direct. ;0)


Répondre


Et aussi…

 

slider35
slider34
slider23_bonus
slider33bis
slider33
slider32
slider31
slider30