Les grouillots

slider21picto052_2

 

Plongé dans mon dossier, le nez dans le guidon, « 1916 » de Motörhead m’accompagne dans mon labeur. J’entends à peine le toc-toc à la porte. Il rentre en sifflotant.

« Tiens, bah pour une fois que votre bureau est ouvert quand je passe, j’en profite »

Pourquoi cette putain de colonne de merde ne veut pas s’additionner avec mon total ?

« Vous dérangez pas, j’en ai pour cinq minutes…Vous n’avez que deux fenêtres, ça va être du rapide »

Comprends pas, à croire qu’Excel se fout ouvertement de ma gueule…

« C’est marrant parce que c’est l’un des seuls bureaux de l’étage qui est quasiment tout le temps fermé…
Du coup, je ne peux pas rentrer et faire les vitres »

Peut-être que si je faisais un bête « copier / coller » de cette feuille sur une autre… En supprimant les liaisons…

« Moi, je m’en fous hein, c’est juste histoire qu’on me balance pas à mon patron vu que c’est pas de ma faute.
Déjà que je ne suis pas en odeur de sainteté, alors en plus si les clients se plaignent… »

On dirait que ça marche… Pas orthodoxe, mais je retrouve mes petits. Va comprendre ce qui se passe dans la tête d’un logiciel… Enfin, la fin justifie les moyens, comme on dit. Par contre, la mise en forme a sauté du coup. Merde. Tiens, je l’entends plus jacter, l’autre ? Il a fini ?

Je me retourne. L’homme se tient derrière moi l’air béat, immobile et médusé. Malgré sa bouche à peine entrouverte, je sens sa mauvaise haleine de fumeur cinquantenaire se répandre doucement dans mon bureau. Ses lunettes rondes lui tombent un peu sur le nez. Les bras ballants, il a l’air complètement con.

— Mais c’est Motörhead que t’écoutes ?
— Bah ouais.

 

Le reste de la chronique est désormais disponible en version Kindle ICI (jusqu’au 31 aout 2016, PGC participe au concours des « Plumes Francophones », merci pour votre soutien)

 

Retour aux Chroniques
Retour en haut de page

A propos de Canard :

Les autres commentaires de Canard

11 réponses à “Les grouillots”
  1. metalpouet
    06.10.2014

    t’es beau Canard !

    • Canard
      06.10.2014

      Note pour plus tard : penser à mettre une photo de bibi pour calmer les Hardeurs.

  2. Mube
    06.10.2014

    Tiens je ne connaissais pas ce morceau de Lizzy (j’ai juste un best of sur k7), merci!

  3. Manalishi
    06.10.2014

    Je suis définitivement un fan de ta prose !

    Comment fait-tu pour mélanger aussi bien le sang et les larmes ?

    • Canard
      06.11.2014

      Du sang et des larmes… Ca aurait pu faire un joli titre de saison aussi.
      Merci beaucoup !

  4. KaosFactor
    06.11.2014

    Que c’est complexe un être humain, hein !? On arrive à en aimer quelques uns, mais toujours il y a cette partie d’eux mêmes qui déçoit, qui nous donne envie de devenir ermite dans une caverne sans fond ou fabriquant de bombes nucléaires XXL.

    D’ailleurs, je n’ai pas trouvé de cavernes assez profondes, mais je sais où trouver du plutonium.

    Toujours aussi bien écrit, Canard. Perds pas la main.

  5. HydromHell
    06.16.2014

    *pensive* C’est vrai qu’il est beau *pensive* pas besoin d’une brune ?

    Pas si long que ça ce papier, je l’ai lue d’une traite, bien comme toujours.

    Bonne continuation

  6. Adacrar
    06.19.2014

    Un peu triste ce texte. Tu as réussi à faire partager ce mélange de complicité et de déception qui définissait votre relation.
    Encore une fois félicitation pour la qualité d’écriture et la qualité des histoires!

    • Canard
      06.20.2014

      Oui, merci de l’avoir compris comme cela, parce qu’il y a eu de ce mélange dans notre « relation ». De la tendresse aussi et de l’incompréhension par moment, ajouterais-je.

  7. réplicant
    03.11.2015

    Thin Lizzy…le chanteur il était pas un peu bougnoule ??? En tout cas, dans sa verte Irlande, il l’était …

    Tu devrais en faire de vrais nouvelles de tes chroniques. Je pense même que le format plus long de la nouvelle te donnerait un bon cadre qui te forcerait à travailler un peu plus au niveau narratif, en posant des perspectives, des ambiances. Prends le comme le compliment d’un lecteur qui en veut plus !

    • Canard
      03.12.2015

      Quelque part, ces chroniques sont des nouvelles. Question de format, la moyenne tourne autour de 10-12 pages Word.
      Après quand tout sera publié, je donnerais un bon gros coup de polish aux premières chroniques qui ont été écrites un peu plus à la va-vite. Et je voudrais harmoniser certains détails entre le début et la fin (essentiellement des broutilles de formes mais quand même). De même je proposerais une relecture dans l’ordre via un menu spécial pour ceux que ça amuse.


Répondre


Et aussi…

 

slider35
slider34
slider23_bonus
slider33bis
slider33
slider32
slider31
slider30