Mon Oncle, ce héros (II)

slider25picto052_2

« Mon oncle, ce héros »
Partie 2 : Edge of Darkness


Dans le salon de mes grands-parents, sur une chaise, devant la chambre de RG, j’attends en silence. 19h30. Mais qu’est-ce qu’il fout ? J’écoute mon grand-père vanter les mérites du bourbon à mon vieux. Une odeur de rosbif-frites s’échappe de la cuisine et envahit peu à peu tout l’appartement. Mon père fait de grands gestes, puis j’entends mon papy au téléphone parler avec un de mes oncles : partie de cartes à partir de 22h. Vont encore jouer jusqu’à pas d’heure. Tant mieux, plus la soirée sera longue, plus on aura de temps avec RG pour faire des trucs.

Ma grand-mère me propose un truc à boire, non merci j’attends RG. Elle sourit. J’ai tout du clébard bien dressé, limite si je n’aboie pas quand j’entends la clé dans la serrure dans l’entrée. RG rentre, pousse des cris, râle, embrasse ma mère (qu’il appelle « sœurette ») puis vanne tout le monde. Il pénètre dans le salon en faisant légèrement tournoyer sa longue chevelure rousse. Jeans noirs, t-shirt Metallica, chaînes, blouson en cuir. Il est parfait, une réincarnation de Dave Mustaine en personne. Avec dix ans de moins et l’air plus sympa.

Quand il me voit, RG hurle et fait les cornes avec les doigts. Je n’arrive pas à sourire. Ça fait près d’une heure que je suis en apnée devant sa chambre. On est samedi, le garage dans lequel il travaille ferme à 17h : qu’est-ce qu’il a foutu tout ce temps ?

— Je suis passé à la Fnac acheter « ça » ?

Il sort de son sac à dos patché le nouvel album d’Iron Maiden encore sous cellophane. « X Factor ». Il insère le cédé dans sa chaîne flambant neuve, pendant que je contemple la pochette en tremblant.

Le reste de la chronique est désormais disponible en version Kindle ICI (jusqu’au 31 aout 2016, PGC participe au concours des « Plumes Francophones », merci pour votre soutien)


Retour aux Chroniques

Retour en haut de page

A propos de Canard :

Les autres commentaires de Canard

47 réponses à “Mon Oncle, ce héros (II)”
  1. Rikkit
    10.20.2014

    J’ai un véritable faible pour cet album, qui prouve vraiment qu’Iron Maiden est grand. X-Factor, c’est leur meilleure sortie des 90’s. Intégrité, c’est tout ce que ce skeud est. En vérité, Maiden joue du Rock un peu Prog sur X-Factor, (mais ça c’est plus une histoire de prod) un renouvellement salvateur pour le groupe qui après un NPFTD en demi teinte et sortie au mauvais moment, et surtout un FOTD bien dégueu (excépté les morceaux qu’on connait), nous sort la suite plus ou moins logique de Seventh Son of a Seventh Son.

    Mais du coup, à la lecture de ta chro sur NIME, j’ai du mal à saisir ton avis. Parce que mitigé, tu le sembles, mais sur ce papier tu parais bien marqué (en bien) par le changement de style du groupe.

    • Canard
      10.21.2014

      Disons juste qu’avec un peu de recul, X Factor est un album « à part » plaisant par certains aspects. Je l’aime beaucoup pour des raisons personnelles et émotionnelles « complexes », mais objectivement en terme de compos, de riffs, de mélodies Maiden a fait beaucoup plus percutant avant et après. Sur NIME j’essaie de mettre de côté ce que je ressens ou ce que je crois, pour rester dans une appréciation plus mesurée, plus froide, plus distante (pas toujours mais bon).

  2. Tonton
    10.20.2014

    Bordel, je ne me rappelais plus de ces jeux, a part Panza, mais c’est vrai que je les avais, quand j’ai lu ton truc je ne me souvenais plus du tout de tokki et de space machin truc, mais en cliquant sur tes liens, oui, oui ça me revient!!!!

    Bon ça mis à part, j’étais vraiment un enculé!

    • Canard
      10.21.2014

      Mais non.
      J’ai une bonne mémoire de toute façon.
      Sauf pour les dates, les années ;)

  3. Captain Igloo 21
    10.20.2014

    1995, j’avais 14 ans.
    Achat en cassette de ce X Factor (je n’avais pas encore de chaine CD) et ce sentiment perturbant d’avoir dans la main l’album qui déterminera si je continuerai ou pas à écouter la suite de la discographie d’Iron Maiden, sans Bruce Dickinson.
    Est-ce qu’Iron Maiden allait s’éteindre avec Fear Of The Dark, qui était déjà à des années lumières d’un Seventh Son ?
    Je les ai lâchés.
    Aujourd’hui, je préfère les versions live (Sign Of The Cross avec Bruce, ça a quand même plus de gueule !).
    Sinon, je comprends ce que tu as pu vivre, ces moments de solitude et d’incompréhension qui lorsqu’on est pré-ado te bouffe le bide.
    À l’époque, aucun pote pour partager ma passion et donc je connaissais bien le repli sur soi !
    Quelle frustration. Heureusement le Metal était et est toujours là.

  4. Mube
    10.20.2014

    C’est beau tout ça. Ca m’évoque (non c’est pas pareil, ça m’évoque juste) l’analyse que j’avais d’un pote.
    Lui était (est) le rockeur solaire, souriant, charismatique, d’une précision redoutable à la guitare – dans les clous, faisant mouche à tous les coups. « regarde je suis gros et pourtant j’emballe toutes les meufs ce soir »
    Moi j’étais (suis encore), le rockeur sombre, torturé pas le monde et ses falses, extremiste dans l’idéal, libre dans mon jeu de gratte moins précis tout au feeling, plus solitaire, peu de nanas.
    Lui était rockeur donc cool, moi j’étais rockeur donc bizarre.
    Mais en avait foi dans le même rock.

    (rock au sens large, blues et metal inclus)

  5. Mube
    10.20.2014

    Double post:
    As ton avis Canard, le blaze ne serait il pas très mal utilisé dans ses capacités. Il est souvent à la limite du faux et galère sur plein de passages mais sur d’autres il tient la route. Steve n’aurait il pas composé pour Bruce et forcé Blaze à chanter de cette manière?

    • Canard
      10.21.2014

      Je sais pas. Possopo sur NIME dit la même chose que toi. Moi je pense que c’est pas un problème de chanteur, je pense que ça vient de Steve Harris qui du coup a fait ce qu’il a voulu sans Brousse dans les parages. Du coup, X Factor est le produit de cette facette plus sombre qu’on pouvait déjà entrevoir dans des albums précédents.

      • 10.22.2014

        Vrai qu’il faudrait se farcir l’antériorité du Blaze pour savoir.
        Après m’être refarci le X factor, je suis d’accord avec la facette plus sombre; du coup la lumière éparse en ressort assez belle. MAIS ça semble un poil bancal. Comme tu dis dans ta chronique, le cul entre deux chaises.
        Les compositions semble parfois manquer un poil de sérieux.
        Je profite de ce commentaire pour parler un peu de ton blog. Après avoir lu vite fait les commentaires, j’ai cru saisir que tu ne trouvais pas que pas grand chose puisse avoir une prétention littéraire. Tu dis de la merde.
        De un, c’est bien écrit, très fluide, direct. Ca colle très bien à l’idée du canard que je me fais. De deux, en tant que petit prétentieux de l’ère internet (suis de 91), ton blog est un véritable témoignage du metal comme il se vivait avant, l’investissement qu’il demandait. Putain c’était beau et tragique d’être Trve à cette époque. Ca donne à réflechir sur le Trve et le false, sur le métal et beaucoup d’autres choses (oui parceque je n’adhère pas toujours aux conséquences de ton jusqu’auboutisme mais il force le respect).
        Voilà j’ai fini de te cirer les pompes, ça fera 10 cents msieur.

        • Canard
          10.23.2014

          Oui merci, merci.
          Je vais préciser ma pensée sur le « pas littéraire ». J’ai beaucoup lu, des bibliothèques entières pour être précis. Ce qui est dans le fond assez pathétique (« la vie est ailleurs » pour reprendre le titre du magnifique roman de Kundera). J’ai une assez « haute » vision de ce qui est « littéraire » ou pas et par respect pour les auteurs que j’adule (citons Maupassant, Nietzsche, Céline, Tourgueniev, Fante et bien sûr Bukowski), j’ai du mal avec l’idée de mettre un peu tout au même niveau. La « légende » raconte que Céline pouvait passer une nuit à entière à chercher un adjectif pour rendre sa phrase « parfaite ». J’écris les histoires que tu lis un peu dans les transports, à mes pauses le midi ou très tard le soir. Je n’ai rien sacrifié à « l’autel de la littérature » si tu vois ce que je veux dire, en ce sens le terme me gêne. Ensuite, j’essaie aussi à titre perso de ne pas me « gonfler d’orgueil » et de rester nécessairement humble parce qu’on n’est jamais arrivé. Je terminerais avec cette phrase de Bukowski : « En voulant devenir écrivain, j’ai compris qu’il me faudrait toute une vie pour faire en sorte que la phrase que j’écris ressemble à ce que je voudrais qu’elle soit ».

  6. Lorem Ipsum
    10.20.2014

    Une chronique très agréable à lire, comme à l’accoutumée.

    La découverte de The X Factor à l’époque de sa sortie, ça devait être quelque chose. J’avais 5 ans donc je risque pas de m’en rappeler, mais il a dû faire couler beaucoup d’encre. Je suis assez surpris de voir que tu l’as pas mal apprécié, il semblerait. Sans doute qu’il collait bien avec ton état d’esprit. Ton point de vue a-t-il changé depuis à son sujet ?

    Un papier assez morose, en tout cas, mais qui change un peu. C’est un Canard mélancolique qui doute qu’on voit là et c’est pas si souvent dans tes chroniques.

  7. Emilien
    10.20.2014

    Excellent , The x factor c’est vraiment ça , l’énergie du désespoir , une petite question , pourquoi dix ans ?

    • Canard
      10.21.2014

      Parce que la vie a fait que… et que les contours de ce « pourquoi » dépasse très largement le cadre de PGC.

  8. MrGland
    10.20.2014

    M’enfin !?
    Pourquoi est-ce que le tonton disparaît pendant 10 ans ?
    Pourquoi le Canard est-il aussi mal dans sa peau ?
    Pourquoi Maiden c’était mieux avant ?
    Quel suspense insoutenable ! Trop de questions sans réponse, c’est cruel, j’espère que des détails viendront en temps voulu…

    • Canard
      10.21.2014

      Bah je viens de répondre à Emilien pour les 10 ans.
      Pour le reste, MAIDEN oui c’était mieux avant mais cet album n’est pas si mal non plus.
      (http://metal.nightfall.fr/index.php?idchoix=464&krox=661)
      Mais sinon je vais beaucoup mieux, merci.

      • Tonton
        10.22.2014

        Parce que Tonton vivait en couple, et que des que tu débutes une histoire de couple tu deviens un parfait connard et même parfois avec tes meilleurs amis voir ta famille, ensuite les contours et toussa dépassent effectivement le cadre de PGC!!! une histoire de taille de bite et tout et tout, j’étais frustré, surement….

  9. Chipstouille
    10.20.2014

    Wow euh…10 ans…Après la sortie de X Factor?

    Merde… Si je calcule bien ça veut dire que quand je vous ai rencontré pour la première fois tous les deux à ce concert de Metallica au Parc des princes en 2005, vous veniez tout juste de vous retrouver?

    Ca me fout un coup…

    • Canard
      10.21.2014

      Comme me le faisait remarquer RG, on s’est retrouvé en 2004. Donc ouais, ça fait un peu moins de dix ans.
      Mais effevtivement quand on s’est vu à Metallica en 2005, c’était récent.

      • Tonton
        10.22.2014

        Un peu plus tôt même…. En 2002 ou 2003! je dirais Octobre 2002, je crois!

  10. Cassepalécouilles
    10.20.2014

    Allez hue, je sors de l’ombre et m’accorde le droit d’un petit mot. Pas si sombre que ça cette kro en fait. Elle m’a touchée, non pas là un peu plus haut, voilà aaahhh.
    Je comprend ce sentiment « d’envie » par rapport au tonton pas beaucoup plus âgé, on lui envie sa putain de liberté qui le rend si beau. De sortir quand il veut, d’écouter ce qu’il veut, d’être qui il veut et accessoirement d’étreindre qui il veut (…étreind la lumièèère..).
    Et aussi super analyse de l’ancien nouveau chanteur de Maiden :  » Il est un combat perdu d’avance à lui tout seul « … et il le fait quand même, il fait ce qu’il sait faire en sachant que sa tessiture doit paraître un brin déconcertante, pour le moins, aux fans du Maiden avec Bruce.
    En gros pour myself cette chronique fait partie des meilleures.
    Sinon je prends n’importe qui à Panza kick boxing, coup de pied latéral sauté pour entamer le combat, série de coups rapides en low kick, crochets, uppercuts et un bon double revers du poing dans la face pour sécher le gars.

    • Canard
      10.21.2014

      RG était plutot bon à ce jeu. Faut voir avec lui pour le défi…
      Sinon merci pour ce premier commentaire :)

  11. 10.21.2014

    « -Ouah ! Mais t’es dépressif ou quoi ? T’écoutes du doom ? Putain… Va te branler un coup ça ira mieux ! »
    – Ta plus belle phrase, Canard. Je note.

  12. Pilgrimwen
    10.21.2014

    J’ai connu ça, dans le sens inverse (en âge) : un jeune cousin en admiration devant bibi, avec qui j’avais d’excellentes relations jusqu’à la rupture… A l’époque, l’élève avait décidé de lâcher le maître.

    On sentait la rupture dans ton premier volet dédié à ta relation avec ton oncle. Ici, c’est encore plus flagrant. Cette impression que tu n’arrives pas à être dans le même état d’esprit que lui, que tu es torturé, saisi de doutes… J’ai vécu ça. Je dirai qu’un parent m’a « aidé » dans ce sens…

  13. Ryko
    10.21.2014

    Arf ! je me sens tout honteux à n’écrire que maintenant mon premier commentaire. Je me le suis promis à maintes reprises pourtant. Un ou deux commentaires sur Facebook n’étant pas suffisants, aujourd’hui c’est la bonne !

    Je te tire toutes mes ficelles de caleçon mon Canard !Oui je me permets cette marque d’affection, et si t’en veux pas tu l’auras quand même. Et puis après tout quand on te lis depuis un bon moment on s’attache à ta personnalité, à ton « personnage ». Pourtant il faut bien reconnaître que parfois j’ai envie de t’en coller une ou deux tellement t’es insupportable, ingrat, violent ou borné. Mais c’est ça aussi qui te rend attachant. Au delà du plaisir que j’ai à lire ta prose c’est cette honnêteté dans ce que tu choisis de nous dévoiler de toi qui donne envie de continuer à lire tes (més)aventures. Une écriture sans compromission, un peu comme toi finalement.

    Le seul bémol qu’il y ait c’est que j’ai tendance à oublier que non je ne saurais pas toute l’histoire, ou toutes les histoires. C’est un peu frustrant d’avoir envie de comprendre, de savoir, par exemple, pourquoi tu n’as pas revu ton Tonton plus tôt. Mais c’est bien normal, on lit pas ton journal intime non plus, t’es pas une adolescente pré-pubère et ce n’est évidemment pas le but de ta démarche ici.

    Du coup tu penses bien qu’en apprenant que c’était la dernière saison (ou l’avant dernière je sais plus) j’étais quelque peu triste. La petite pause hebdomadaire PGC au boulot va disparaître. Finit cette bouffée d’oxygène salvatrice ! T’arriveras bien à nous trouver d’autres sujets/idées, je te fais confiance mon Canard !

    En tout cas Merci ! C’est top ce que tu fais !

    • Canard
      10.21.2014

      Yeaaah un nouveau coming out pro PGC.
      Donc merci beaucoup pour ton commentaire.
      Que dire que tu n’aies pas capté entre les lignes ? Eh bien, Pas Grand chose justement (eh eh).
      J’aime bien l’idée de créer un « tout », d’avoir pensé et repensé ce que je choisissais ou pas de raconter.
      Crois moi bien que quatre saisons – oui comme la pizza – c’était un maximum.
      Je suis actuellement en train de finir l’écriture de cette dernière saison et je peux te dire que j’évite que très peu de sujets, je vais aller sur des terrains « nouveaux » et que normalement tout devrait se terminer de façon presque « shakespearienne », en point d’orgue etc.
      Au bout d’un moment faut savoir tirer sa révérence, surtout quand c’est le bon moment.
      Déjà en avant première, je t’annonce ici qu’il y aura un papier « bonus » à cette troisième saison, après le prochain sur Maiden, une 26ième chronique pour se quitter normalement un peu avant Noël (parce que j’aime bien le comptes ronds et que j’ai dans l’idée de faire débuter la saison 4 le 3 janvier 2015).

      • Ryko
        10.21.2014

        Merci pour cette avant-première ! Un honneur dont moi seul me souviendrai, très certainement. Un papier bonus en tout cas je prends.

        J’ai repensé à ta réponse et à ce que l’ensemble de ton travail sur PGC pouvait représenter pour un lecteur non averti. Je me dis que finalement on a beau savoir que tu parles de toi le personnage du Canard en est presque fictionnel. Il n’y aurait qu’un pas à franchir pour qu’il le devienne complètement. Par ailleurs tu as beau vouloir tourner tout cela autour du métal (parce que tu sais que c’est là ton premier auditoire) ce n’est jamais qu’un prétexte. Y aurait matière à creuser aurais-je donc tendance à dire…

        Je vais m’aventurer sur un terrain marécageux car il en revient à arpenter les méandres de ton existence et de ses aspirations mais j’ai un truc qui n’arrête pas de me revenir à l’esprit. Un truc dans la superbe chronique : Sur Fade To Black Tu n’emballeras point. Au-delà du fait qu’elle soit l’une de mes préférées pour plein de raisons, y a un état d’esprit, une fougue qui dépasse toutes les autres, une phrase, un passage plutôt qui me revient souvent. Je vais pas le citer mot pour mot parce que ça n’a aucun intérêt. Les mots sont faits pour se faire appropriés, pas pour être retranscrits. Tu « dis » au chauffeur du bus qui te demande ce que tu voudrais faire dans la vie « Je voudrais être écrivain. Vivre comme je le veux et pisser sur le monde comme il nous chie dessus ».

        Et à cause d’un espoir idiot rempli de résignation maladive, je suis toujours contraint de dire aux gens avec un talent allié à une volonté mise en sourdine de pousser. De creuser plus loin. Je trouve que par exemple tout ça ferait une bande dessinée vraiment top. D’autres supports tout aussi intéressants et ambitieux existent bien évidemment. Après j’ai bien conscience de toutes les difficultés matérielles qu’impliquent de tels projets.

        Je balance ça comme ça que tu t’en carres ou non. C’est pas pour faire de la lèche. Vraiment. T’es pas encore cané le Canard. Dave Chambers et Grip inc ils faisaient partis des plus grands. Et ce con s’est tiré une balle avant même que le monde entier ne reconnaisse la grandeur de leur musique. Bon ok je pousse le truc super loin. Mais après tout c’est pas un peu comme ça qu’on encule ce monde de merde ?!

        • Canard
          10.22.2014

          Bon.
          Alors comme je me suis pas « reconnu » dans ta citation, je suis allé relire le début de « Fade to Black » qui est (c/c) :
           » Je voudrais être écrivain (…) Comme ça, je bosse seul, personne pour m’emmerder, puis je peux travailler chez moi, pas de patron et l’inspiration qui me vient comme une envie de pisser »
          (je me permets cette précision aussi pour les lecteurs qui prendraient le train en marche)
          Pour le reste, c’est marrant. Parce que ZARDU a déjà envoyé mes textes à des gens qu’il connaissait (il voyait une série de courts métrage de mémoire). Parce que REM trouve que PGC a un rendu très « bédé » aussi. Parce que ZARDU – toujours lui – a aussi un pote qui dessine et qu’il voulait travailler sur un rendu BD des deux histoires en son honneur (Zardu 1 & 2).
          Bref, c’est marrant.
          Mon point de vue est que PGC n’est pas au niveau pour pour passer pour de la « vraie » littérature (surtout à l’heure de toutes les auto-fictions de merde qui fleurissent), que le moteur premier – le dénominateur commun – reste le Metal, la passion et l’envie sous jacente de tourner une page. Accessoirement parce que l’écriture de ces petites histoires me font du « bien » (pour des raisons X et Y). Comme un règlement de comptes avec le passé, avant de passer à autre chose (je parle un peu de ça dans l’entretien que j’ai donné à Jésus).
          M’enfin merci. Je prétends pas avoir autant de talent ;)
          @+ et encore merci.
          Canard

  14. Rico
    10.21.2014

    Sympa d’avoir eu un tonton comme ça, il est cash. A une époque j’aurais bien aimé avoir quelqu’un pour parler et partager ma passion du Métal : un membre de ma famille, un pote… J’ai pas du faire les bonnes rencontres.

    J’aime bien ce papier (même si on y respire pas beaucoup) car « l’ambiance » est là : la scène qui se tient dans un lieu fermé, la surveillance de ta mère qui semble vouloir « emprisonner », l’ado pas épanoui, le Maiden plus sombre et grave… ça se tient.

    Je trouve particulièrement que l’univers familial est très bien décrit, c’est bien retranscrit, quelques phrases suffisent et on y est, on devine…

    Et puis au fait : as-tu trouvé ta vérité ?

    • Canard
      10.21.2014

      Ah ah.
      Disons que j’ai fini par « trouver un chemin » peu de temps après. Via la littérature d’ailleurs (et pas par Maiden, désolé) et un certain nombre d’auteurs qui m’ont été conseillés à ce moment là par un autre oncle qui avait « deviné » (senti) mon mal être.
      Alors après, j’ai pu faire face, remonter une première pente.
      Sinon merci pour ton commentaire.
      Le prochain papier sera plus « fun ». Promis.

  15. MrPropre
    10.21.2014

    J’aime beaucoup cette histoire. On a tous vécu çà ici je pense… Ce qui me frustre quand je lit ceci c’est l’attitude de ton oncle qui prend pas le temps d’écouter et de partager avec toi. Qui prend pas le temps tout court! J’ajouterai autre chose, c’est peut être une banalité mais je la lance quand même : quand on est pas bien, quand on arrive pas a se débarrasser des pensées négatives, la musique amplifie les émotions et donc enfonce plus profond (ou au contraire nous envoi plus haut quand on est chargé d’endorphine). Un peu comme avec l’alcool ou la beuh faut pas rester seul avec un Maiden quand on est pas bien. Et encore moins en regardant le plafond…
    Et tu as raison pour la littérature, tout seul, ça aide mieux. Sinon y’a les copains ou la famille (encore une banalité). Je l’aime beaucoup cet oncle, une idole…

    • Canard
      10.22.2014

      Je valide ton commentaire en précisant plusieurs choses, ceci expliquant cela :
      – quatre ans d’écart c’est « rien » passé 30 ans, mais à l’adolescence c’est pas la même histoire.
      – j’ai un côté casse-couilles à tendance pénible donc mon oncle a dû à un moment me supporter plus qu’autre chose.
      – sans mon oncle, j’aurais sans doute pas pu écouter du Hard aussi tôt et t’aurais pas de PGC à l’heure actuelle
      Pour le reste, l’aptitude au bonheur n’est pas donnée à tout le monde. RG fait partie des personnes qui chantent sous la douche le matin « Heaven can wait » et là tout est dit ;)

      • Tonton
        10.22.2014

        Je confirme, Canard est un casse couilles!
        Mais je pense que ma femme pourrait me qualifier également de casse couilles car le fait de chanter sous la douche ou en faisant la vaisselle lui est parfaitement insupportable (oui je chante toujours sous la douche).

        Concernant le fait d’avoir convertit Canard au culte du metal, je me dois de signaler que quand nous nous sommes retrouvés, coin coin avait prit du galon, et m’a fait découvrir quelques trucs… J’étais dans une passe speed mélo (je n’y suis plus du tout maintenant) et Canard donnait dans le gros Thrash (dont j’ai toujours été un amateur également) et le Death. Il m’a fait découvrir pas mal de trucs que je ne connaissais que de nom, au pif: Death Angel, Immortal ou très récemment Game over.

        Merci Caneton.

        • Canard
          10.22.2014

          Certes.
          Mais c’est un peu comme ta première fois, t’oublies jamais celle qui t’a mis le pied à l’étrier ;)
          Et mes premières « vraies » cassettes ont été concotées par toi. « Rendons à César » blablabla comme disait l’autre.

  16. Tonton
    10.22.2014

    Hummmm on parle de moi là, je vais rebondir!

    Canard et moi avons passé notre enfance ensemble. Les années on t passé et la difference d’age comme le dit le palmipède s’est faite sentir, en 95 j’avais 20 piges et les centres d’intérets ne sont plus les même a 20 ans qu’à 15.
    C’est vrai que j’étais plutôt du genre à me mettre en avant, heureux de vivre ma passion comme je l’entendais, même si c’était une grosse carapace.
    Canard était en pleine période ado qui veut se sortir du carcan familliale mais dont l’age ne lui permettait pas de le faire comme il aurait voulu. si vous voulez être rassurés je dirais qu’aujourd’hui ce serait plutôt l’inverse, Canard a l’air très bien dans ses bottes alors que moi je me cherche un peu…. Bref j’ai bien vieilli (40 piges au mois juin prochain) et je sens la crise de la quarantaine pointer le bout de son nez!
    Bizarrement Canard et moi avons des périodes d’absences qui ont duré plus ou moins longtemps (plutôt plus que moins) mais aujourd’hui 550 bornes nous séparent et quand on se retrouve on finit toujours la conversation par un bon débat maiden/metallica/megadeth/slayer…..
    Bref notre passion pour la zik aura réussi a toujours nous rapprocher.

    • Canard
      10.22.2014

      @ RG : Je pense que j’ai fait le gros de ma crise de la « quarantaine » vers 20 ans ;) Mes respects au passage sinon et @ tantot.

  17. MrPropre
    10.22.2014

    Tu as du talent Canard. J’ai bien pigé comment fonctionnait votre relation et la différence d’âge. Quand je dis que je l’aime beaucoup, je le pense vraiment. Je me l’imagine en sosie de Dave Mustaine par ta faute, j’espère qu’il supporte mieux le soleil ;-)
    Sans PGC tu aurais jamais reparlé de tout ça avec lui… Très heureux pour vous 2.
    Je suis très famille, ce cadre là m’évoque beaucoup de chose. Les relations amicales aussi (Zardu).
    Le cadre du prochain papier, c’est encore secret?

    • Canard
      10.22.2014

      Comme je dis souvent, le « talent » est là où on veut bien le voir.
      Et comme tu es gentil tout plein avec tes commentaires, le papier bonus à venir (après le prochain sur le mec d’EMI Records) qui cloturera cette troisième saison, s’intitule « Slaughtered ». On parlera de Pantera donc, mais de théâtre surtout (le cadre de ce papier). C’est un bonus dans le sens où c’était initialement mon « prologue » à un papier de la saison 4 (intitulé celui-là « Mon année Jazz » et que tu découvriras en 2015).
      Précision : RG a d’autant plus de Dave Mustaine en lui qu’il partage avec ce dernier le même genre de reflet capilaire. Evidemment, ce genre de comparaison ne s’invente pas ;)

      • Tonton
        10.22.2014

        Sauf que maintenant Le tonton a le crane complètement rasé!!! Putain de calvitie!!!

        • Canard
          10.23.2014

          Ca te donne un petit côté Rob Halford du coup.
          Moi même j’ai abandonné la « Kerry King » mania.

        • MrPropre
          10.23.2014

          Tu as raison. On voit encore trop souvent dans les concerts des nuques longues avec plus rien sur le dessus. J’imagine la difficulté de couper toussa mais le look vieux métalleux teuton c’est plus possible ça ((;-)

  18. steph
    10.22.2014

    Haaa X-Factor. Une de mes plus grosses déceptions musicales. Même encore maintenant, je trouve que c’est une bouse intersidérale.
    Compos (presque) toutes axées sur le même schéma (intro calme, puis montée en puissance), mélodies chiantes, son en carton et erreur de casting au chant (pour autant je ne trouve pas Blaze intrinsèquement mauvais).
    70 minutes de purge.

    Haaa les jeux vidéo. Heureux possesseur de Neo Geo en son temps (vers 93) j’ai passé des heures inoubliables dessus, en me privant évidemment d’absolument tout le reste, et en profitant de jeux « tombés du camions » :-)

    Haaa ce sentiment d’être une merde à l’adolescence. ça ne me manque pas tiens ça ! J’imagine qu’on a presque tous connu ça, avec en plus dans les parages un oncle / grand frère / pote à qui tout réussit et qui se lève des nanas facilement…
    J’ai toujours cru qu’on ne tombait pas accro au metal par hasard et que cette passion n’était compatible qu’avec une certaine frustration ou une certaine rage, même bien enfouie…

  19. Hugo
    10.24.2014

    Lire un PGC en écoutant du Eminem … Fait !

    Allez-y tuez-moi :)

  20. Steph2
    10.28.2014

    Mieux vaut tard que jamais, comme tu dis, et puisque tu le demande, voici mon premier commentaire sur ce site. Alors oui, cher Canard, tu a une bonne plume, et ta grande force est ta capacité, derrière des écrits qui semblent d’un premier abord légers et rigolos, à éveiller des souvenirs et des états d’esprit propres aux différentes époques de la vie, comme ici, avec l’adolescence. C’est pas très « true metal » de dire ça, mais tu es un peu ma madeleine de Proust et je te remercie pour cela.

    Sinon par rapport à ce texte, il a suscité chez moi à peu près la même réflexion que mon homonyme ci-dessus. Effectivement, ma passion du metal a été bien plus forte pendant ma crise d’adolescence et celle de la quarantaine, durant lesquelles je n’ai écouté uniquement que ce style de musique.

    • Canard
      10.28.2014

      Merci pour ce premier commentaire itou.
      J’aime bien l’idée du lecteur qui sort du bois (And out comes the wolves…).
      J’avais rencontré quelqu’un qui me racontait s’être battu sur son lit d’hopital contre un cancer avec les albums de Metallica que son fils lui avait passé. Elle disait que ça l’avait aidée. J’aime à croire dans cette vertu que peut avoir notre musique à réveiller en nous une force nouvelle, à nous insuffler assez de courage pour faire quelque chose qu’en temps normal on aurait hésité à faire.

  21. Skyzosheep
    10.30.2014

    Ca y est, j’ai lu absolument toutes les nouvelles sur ce site. Et comme souvent après avoir finis une série (livres ou télé) je dois faire face à un puissant questionnement existentiel: que vais-je donc faire ensuite?? Nevermind, retournons écouter du Maiden en attendant la suite…


Répondre


Et aussi…

 

slider35
slider34
slider23_bonus
slider33bis
slider33
slider32
slider31
slider30