Satan m’habite

slider30picto052_4

SATAN M’HABITE


Samedi après-midi. Rien à branler, mais envie de tout. Boire, hurler, se battre, rire, puis hurler encore. Il pleut. Antenne 2 retransmet le «  Tournoi des Cinq Nations ». Affalé sur le divan, je déprime comme une plante verte au grenier.

— Tu sors ? Tu vas où ? demande ma mère.
— Voir JF pour récupérer des cours.
— Mais il pleut !
— Et alors ? Je ne vais pas rétrécir au lavage…
— Couvre-toi et ne me répond pas comme ça !

Personne dans le village. Les pavillons de notre triste banlieue semblent vides, désertés. Même l’odeur de la pluie sur le béton sent la grisâtre. Je me mets à rêvasser, à imaginer, que je me transforme en Eddie, en un tueur sanguinaire qui s’en prend à toutes les innocentes victimes qui croisent son chemin. Je sors mon walkman avec une envie furieuse de Maiden, de « Wasted Years » plus précisément. En voulant caler le morceau sur mon super baladeur AIWA ultraplat, je tombe sur « Alexander the Great ». Je décide de finir le trajet jusque chez JF avec ce titre.


Le reste de la chronique est désormais disponible en version Kindle ICI (jusqu’au 31 aout 2016, PGC participe au concours des « Plumes Francophones », merci pour votre soutien)

Retour aux Chroniques
Retour en haut de page

A propos de Canard :

Les autres commentaires de Canard

34 réponses à “Satan m’habite”
  1. chromeboy
    02.10.2015

    merde! on sent bien le malaise dans ce papier!
    On a presque pitié de toi de supporter ce con!
    D’ailleurs qu’est il arriver ensuite? il a complètement viré con ou il s’est rendu compte que la satanisme comme ça était de la merde?

    • Canard
      02.10.2015

      On se supportait mutuellement ;) Je te renvoie à « Le Vilain Petit Canard » dans lequel t’as un aperçu des dégâts.
      Sinon pour répondre à la question, après son virage, on a pris chacun nos distances. Le fait de ne plus être dans la même classe a facilité les choses.
      Ensuite j’ai eu le Bac, je me suis tiré du lycée. Chacun sa route, chacun son chemin etc.

  2. Lyrr
    02.10.2015

    Ça fait plaisir de voir un papier qui traite de Black sur PGC ! Quoique je me nourrisse principalement de ce genre de musique, je dois avouer que je ne me reconnaîtrai jamais dans ce genre de cliché du sataniste en mal de repères. Les « TRVE » blackeux ont tendance à être assez infréquentables, ils se prennent trop au sérieux et se prétendent souvent « individualistes » ou « élitistes », tout en étant bien les seuls à y croire… Aujourd’hui, ça dérape beaucoup du côté du racisme et du néofascisme (je ne sais pas si c’était déjà autant le cas dans les années 1990).
    Enfin bref, j’ai toujours autant de plaisir à te lire, et je tenais à laisser quand même un commentaire un jour sur le site, depuis le temps que je le visite.

    • Canard
      02.10.2015

      Deuxième nouveau lecteur ce jour, c’est la fête !
      Merci beaucoup
      La dérive fasciste est arrivée un peu après, j’ai l’impression. La première scène Black était plus antireligieuse ou carrément sataniste que NS. Mais bon, je peux me tromper, je suis pas spécialiste du sujet.

  3. Zoliv
    02.10.2015

    Il était vraiment aussi caricatural que ça ou tu as un peu forcé le trait ? C’est fou l’endoctrinement…

    • Canard
      02.11.2015

      Disons que pour JF, le Black a été sa « petite crise » à lui. Ca a duré quelques années, puis il est passé à autre chose après. Enfin, je crois.
      Mais oui, ce que je raconte est assez proche de la réalité (sauf le coup de la barque qui est tiré d’une autre anecdote et c’était pas JF).
      Pour te donner une idée, j’avais écrit un prologue en forme de dialogue téléphone entre JF et moi dans lequel il était question d’une messe noire. Mais finalement j’ai retiré cela.

  4. Elrigo
    02.10.2015

    Sacré papier que celui-là !
    Heureusement que de nos jours, l’intolérance religieuse a disparu, n’est-ce pas ?

    Sinon, à la lecture de l’ensemble de ton oeuvre, ce qui m’épate le plus c’est l’aisance avec laquelle le style colle à l’âge de ton narrateur !

    • Canard
      02.11.2015

      Merci.
      Effectivement, je fais « attention », j’essaie d’adapter un peu le style à l’époque, l’âge du Canard au moment des faits.
      En ce sens, le papier dont je suis le plus fier à ce niveau-là est « Franz, le sale boche » où j’ai bien réussi à doser mon truc.
      « Nico des Savanes » aussi a été assez dur à écrire dans le genre.

  5. Kommader
    02.10.2015

    Chose promise, chose due. C’est la dernière fois que JF, le pote du Métal, apparait. J’accoure.

    Ben c’était pas mal, mais… comment dire… assez prévisible. Je me suis dis plusieurs choses en le lisant lorsqu’il ne te laisse pas entrer. Puis au fur et à mesure je me dis « putain il va faire ça aussi ? Quel con ». Et ça durant tout le papier. J’ai même failli lire qu’il allait se suicider pour rejoindre Satan au moment de la barque, c’est dire.
    Pour tout dire, il ne manquait plus qu’une camionnette avec une caméra et des micros passe dans le coin et là, on avait la totale (journal local : écouter du Metal rend violent et satanique blablabla une page de publicité). Comme quoi, on croit connaitre les vieux potes qui ne changent pas et puis non (cela dis, j’en vois des fois un depuis 15 ans et à part ses années de psychologie, pas grand changement).
    Dommage que vous n’ayez pas écouté un Metallica ou un Motörhead qui devait lui rester, histoire de, avant la fin du Lycée. Fin des cours et des jours ensemble.

    Si le morceau n’était pas Metal, j’aurais bien vu celui-là (décidément) pour accentuer l’atmosphère : https://www.youtube.com/watch?v=jViTte8VAzU

    Concernant cette dérive, je peux penser (ce n’est qu’une supposition cela dis) que le ver était déjà dans le fruit. Même s’il faudra attendre le milieu des années 90 pour que cela se généralise.
    En effet, Oystein « Euronymous » Aarseth (Mayhem) faisait partie de l’organe de jeunesse du parti communiste en Norvège et admirait Pol Pot et les régimes totalitaires de Roumanie et d’Albanie. Et Vikernes voulait même épouser la princesse de Norvège pour, disait-il, procréer un peuple « pur ». Bref, En plus d’être une version Metal du punk originel (comme le MC5 ou les Stooges contre les hippies, le Black était contre le Death qui se mordait la queue), il était plus ou moins lié à l’imagerie totalitaire, l’idée d’un clan avec des chefs au dessus (les projets parallèles et groupes de même membres se multipliaient à un rythme accéléré) .
    Cela s’est généralisé avec les groupes polonais et français. Puis cela s’est mélangé pour former un conglomérat incompréhensible entre fascisme pur, nationalisme, moquerie des clichés satanistes (Grand Belial’s Key entre autres), etc.

    D’ailleurs, King Diamond fut interrogé sur ce phénomène lors de la reformation de Mercyful Fate en 1993.
    L’interview ici :

    http://france.metal.museum.free.fr/revues/fanzines/decibels_storm/04/page_38.htm ; http://france.metal.museum.free.fr/revues/fanzines/decibels_storm/04/page_39.htm

    Perso, je croyais juste à cette radicalité, cette idée de couper les ponts, de rupture, no compromise, quoi. Les blackeux qui refusent la télé dans leurs concerts. Mais finalement, en lisant les interviews de l’époque, j’ai du me rendre compte que c’était du flan inventé a posteriori. Ils en avaient juste marre de la famille et ont préféré partir en attendant de pouvoir la supporter de nouveau, comme dirait REM. Ce fut le cas avec Immortal ou Darkthrone (outre l’attitude punk n’ roll chez ces derniers) pour ne citer qu’eux.
    Alors maintenant je trie, et constate que les autres scènes étaient tout aussi convaincantes. Je recommande des groupes comme Rotting Christ, Varathron, Master’s Hammer, Secrets of the Moon ou Ancient. C’est du bon (et pour pousser dans la crasse sonore, peut-être un Mystifier ou les groupes polonais actuels comme Mgla et autres).

    A bientôt, bon Metal à tous en espérant que moins de monde ne s’enferme dans un mur.

    Tear Down The Wall !! Tear Down The Wall !! Tear Down The Wall !! Tear Down The Wall !!

    K.

    • Canard
      02.11.2015

      Merci pour ce long et instructif commentaire.

  6. axelkhan
    02.10.2015

    Un petit commentaire pour vous féliciter : c’est un véritable plaisir de vous lire.
    On retrouve toujours une petite partie de notre adolescence dans vos textes (une sorte de « binouze » de Proust si l’on peut dire).
    Merci encore.

    • Canard
      02.11.2015

      Ce vouvoiement m’excite. Marrant comme on a tendance à tutoyer tout le monde sur le Net, quand on y pense.
      Donc merci pour « votre » commentaire et espère continuer de « vous » ravir.

  7. pere_fougasse
    02.10.2015

    Je découvre avec ce papier qu’il existe vraiment des blackeux au premier degré sans neige autour !
    Je suis arrivé sur le tard vers musique extrême mais ,autant le Death regorge de pépites et de pistes de diversification, pour le Black j’accroche bien moins avec très vite le sentiment de parodie quand on n’est plus sur les groupes cultes. Dissection est LE coup de cœur, génialissime car finalement pas si black-metal que ça. Immortal faut aller chercher sur l’excellente 2e partie de carrière (ça reste pour moi un supplice d’écouter Pure Holocaust) et Emperor le groupe que j’adorerais adorer mais, malgré les efforts, je reste au stade de juste apprécier.
    Dans les petits concerts locaux, le petit (black metal) apparaissant après les noms de groupe sur les affiches est assez systématiquement synonymes de batterie à fond la caisse, de mesures entières sur le même accord à 100 à l’heure, avec bien sûr l’interdiction de sourire, ça fait pas assez hautain.

    Ici on a quand même l’anecdote rigolote de ton pote d’enfance influençable (tu n’as donc aucune idée de comment il a pu tourner après cette période adolescente ??) qui veut jouer au plus grand qu’il n’est ; mais comment tu te débrouilles pour encore finir à te battre et te brouiller définitivement avec ton plus proche entourage ?? T’as déterré les écouteurs de ton baladeur dans un cimetière indien pour dégoter ta malédiction ?

    Et merci pour le Mercyful Fate qui va avec, ça me ramène à la séquence nostalgie dédicacée au grand King: le seul qui est capable de me faire rester accrocher aux balustrades du Hellfest sous la pluie jusqu’à 2H du mat avec la chiasse. Ça en valait plus que la peine malgré le sacrifice du caleçon et le samedi à établir le guide Michelin de toutes les chiottes des aires d’autoroute entre Nantes et Bordeaux. Come Come To The Sabbath

    • Canard
      02.11.2015

      Avant d’opter pour « Chroniques d’un Pas Grand Chose », j’avais pensé baptiser ce blog : « Envers et contre tous » ;)
      Jolie la référence à « Simetierre », au passage.
      JF a retapé, encore et encore. Il est progressivement passé du Black à des trucs expérimentaux et même du Jazz, si je me souviens bien (je revois encore son rictus condescendant quand quelques années après toussa, je l’ai recroisé dans mon coin, qu’il a capté que j’étais en train d’écouter Megadeth… « Ouah t’écoutes encore ce genre de truc ?« ). Il a fait des études de psy, s’est trouvé une petite souris trop maquillée et après je sais pas.
      Chacun sa route, chacun son chemin comme je disais.

  8. Etienne
    02.11.2015

    J’aime beaucoup cet article. je me rappelle que j’étais un peu comme JF lorsque j’ai découvert le black metal (les actes de « vandalisme » en moins quand même).

    • Canard
      02.11.2015

      J’ai l’impression que d’un point de vue général, tous les « hardos » doivent avoir une passe « Black ». On est tous obligé de s’y mettre un peu, à un moment donné, pour nous positionner.

  9. Dastan
    02.11.2015

    Je ne sais pas si ça a déjà été dit, mais honnêtement, certaines histoires ne sont-elles pas un peu « romancées »/modifié ?
    Le JF là fait tellement cliché qu’on dirait qu’il a pu par la suite postulé pour un rôle de gothique dans Plus Belle La Vie, Joséphine Ange Gardien, SODA ou Hartley Cœur à Vif …
    Pour moi l’article le moins intéressant de tous, désolé. C’est un enchainement d’action-cliché, avec des motifs floues qui sonne tellement faux…ça me fait penser à une parodie avec, en conclusion en police 72 en gras et en souligné, la morale « Pense par toi même ».

    Je précise que je dis cela sans animosité et que je comprendrais si tu veux pas publier ce commentaire. Je trouve juste ce billet largement en deçà des autres mais c’est pas grave, on peut pas toujours être au top.

    • Canard
      02.11.2015

      Non comme tu vois, je publie ;) (depuis le début du blog, j’ai dû supprimer / censurer en tout et pour tout trois commentaires). Les commentaires négatifs m’intéressent aussi.
      Malheureusement, ce papier est assez proche de la réalité. J’ai comme souvent dû jouer avec l’échelle de temps (comprendre que toute l’histoire ne s’est pas déroulée forcément le même jour). Mais le coup de la chapelle, le cénacle, les propos etc. c’était quand même ça (et je t’ai fait grâce d’un épisode de messe noire en prologue).
      On peut pas être toujours « au top » comme tu dis (même si d’autres lecteurs ont trouvé leur compte dans ce papier).

  10. rikkit
    02.11.2015

    Le bad.

    J’étais persuadé que ce genre d’action relevait plus du cliché qu’autre chose. En tant que gros fan de black et catholique pratiquant, j’ai jamais trop pris au sérieux cette philosophie pseudo punk/nihiliste/monculsurlacommode. Je suis bien naïf.
    Chouette papier car on resent bien le malaise.

    Du coup t’es un peu black ou pas du tout ?

    • Canard
      02.11.2015

      Un peu. Un tout petit peu. Les groupes les plus « abordables » genre IMMORTAL (à partir de ATHOW), EMPEROR, DISSECTION, CoF (un peu), MARDUK, WINDIR etc.
      Mais j’en écoute à toute petite dose. L’album de Black que j’ai écouté plus de dix fois l’an passé, ça doit être le « All Shall Fall » de IMMORTAL (alors que j’écoute SLAYER et le PRIEST quasiment toutes les semaines). Ca te donne une idée, quoi.

  11. theshaman
    02.11.2015

    Dis moi, c’est tout sauf un hardos ce mec en fait? Le mec qui change de goûts musicaux en fonction de la météo… J’imagine qu’il a du brûler tous ses disques de BM et devenir fan des Stones et du Velvet après être tombé sur un exemplaire de Rock’n Folk. A l’heure actuelle, il doit écouter Radio France dans sa voiture et accompagner son épouse à des concerts de Christophe Maé…

    • Canard
      02.11.2015

      Disons qu’à une certaine période de ta vie, tu te cherches aussi. Tu crois aimer certaines choses alors que non. La sincérité peut aussi être perçue comme une forme d’entêtement et vice versa.

  12. Lucio51
    02.11.2015

    Encore un bon papier malgré le coup de la barque qui paraît avoir été ajouté au dernier moment et qui tient un peu du rafistolage à mes yeux. Mais ça n’entache en rien le plaisir de la lecture.
    Et pour le reste, malheureusement, cette histoire n’a rien du cliché : je connaissais un mec avec qui on partageait certains groupes ( Slayer, Megadeth….) et qui du jour au lendemain est devenu un autre homme en découvrant le black metal. Et cette adhésion à ce genre s’illustre toujours par un rapetissement progressif de l’ouverture d’esprit : son misérabilisme musical était tel qu’ au faîte de son ‘illumination’, seuls les albums enregistrés dans des caves avec un son détestable trouvaient grâce à ses oreilles. ‘ J’aime uniquement quand le son est pourri, quand on comprend rien à ce qu’il se passe ‘répétait-il comme un pantin désarticulé….
    Donc ton papier m’ a fait repenser à ce type en particulier et tous ces types peu fréquentables à la pensée rachitique. Et ton personnage résume parfaitement la démarche de ces mecs en mal de sensations fortes…car oui, être black metalleux, c’est écouter un nombre minuscule de groupes et rejeter le reste en bloc….
    Sinon, comme je le dis à chaque fois, ton style s’affute et s’harmonise au fil du temps et nous dévoile enfin des sentiments vrais ( ‘ Mes années Jazz ‘ ) qui est mon papier préféré.
    Et ce que je trouve le plus beau, c’est ton obsession des années collège/lycée, celles où finalement tout se met en place.
    Comme disait Proust ‘ la seul période de la vie où l’on apprend quelque chose, c’est l’adolescence’.

    • Canard
      02.11.2015

      C’est « Mon année Jazz » (et je trouve qu’un an c’est long déjà).
      Sinon bah merci. Je préciserais qu’au début de PGC il y a aussi des sentiments « vrais », c’est juste qu’il y avait sans doute moins de nuance. Puis ça a commencé orienté « très Metal » mais il y a des choses « fortes et vraie »s – selon moi – dans « Sur Fade to Black tu n’emballeras point » ou dans « Mentor, mentor ».

  13. Skyzosheep
    02.11.2015

    En tant que metalleux éclectique (c’est assez marrant quand on y pense que je puisse me dire éclectique alors que j’écoute que du metal) ce papier m’a fait penser furieusement à un reportage de M6 ou une autre de ses chaines à la con qui aime les reportages chocs. Vous imaginez si un jour un fan de Black Metal tue quelqu’un? Le bruit que ça pourrait faire si les médias découvraient qu’il avait tout plein de cds de Burzum et de Mayhem dans son appart’? Je veux pas que ce genre de choses arrive, c’est pourquoi je condamne fortement ce genre d’actes à la con de rebelles sataniste à deux balles. Mais c’était une bonne nouvelle!
    Continue comme ça Canard.
    Juste, si je peux me permettre, peut-être que le coup de la barque c’était trop, il aurait sans doute été plus judicieux de le supprimer et de profiter du manque à gagner en terme de contenu pour appuyer le malaise ambiant. Qu’importe, c’était cool quand même!

  14. NOORS
    02.11.2015

    Hello.
    Punaise, le Black, c’est fou , mais en lisant ton article, je me suis rendu compte que je n’avais jamais intégré ça à « la famille Metal ». Juste un truc en périphérie.
    Je crois bien que c’est parce que pour moi, « l’esprit » n’y est pas. On est quand même loin du sex, drugs and rock’n’roll. C’est pas festif ce truc. Moi ça ne me donne pas envie de boire des bières avec des potes. Jusqu’au Thrash, il y a quand même un coté tribu/franche camaraderie. Le coté destroy/gore du Death, ok, mais le Black … Je trouve que JF illustre parfaitement cela. Bonne mise en perspective.

    • Zoliv
      02.11.2015

      Faut pas croire non plus que tous les blackeux sont comme ça. La plupart de ceux que je connais qui écoutent principalement du BM sont même plutôt de sacrés comiques, ni plus ni moins que les autres « types » de métalleux, ça boit, ça beugle, ça rigole.

      Après t’en as aussi qui se la pètent grave en jouant les misanthropes dâââârk, certes, mais je pense pas que c’est la majorité.

      • Hugo
        02.12.2015

        Le problème est le même partout : c’est toujours la minorité la plus débile qui crie le plus fort …

    • Rikkit
      02.11.2015

      C’est bizarre, si y a bien un style de metal extrême que je trouve plus abordable que le reste, c’est le Black. Autant le thrash, ça groove, c’est festif est « cool », autant le Death j’ai beaucoup plus de mal à accrocher, en fait plus il est « black », plus j’aime je crois. Genre Dissection, Grotesque, Morbid Angel et Necrowretch plus récemment.

  15. 02.15.2015

    Trois papiers que je laisse sans commentaire pour des raisons d’internet intermittent (saloperie de gauchiste branleur numérique va :D). La fin de l’année jazz m’a émue et j’ai glosé tout un commentaire sur la beauté de la haine qui te brule à la fin. Mais ça a buggué et tant pis.
    Quand aux g squad bah… voilà.
    Et là sur sayten etc, j’attends ton papier sur les évangélistes pour faire mon coming out.

    • Canard
      02.16.2015

      Tant pis pour moi alors.
      Ca sentait le commentaire ++

      • 02.21.2015

        Bah si tu veux lire ce que je peux pondre dans de bonnes dispositions, il y a toujours le lien vers mon blog en dessous du pseudo. En fouillant vers les textes les plus récents (à la fin), il y a des choses qui se tiennent.
        Ne te sens pas obligé de valider, ça n’a pas grande chose (..) à voir avec le sujet de ton gribouilli. T’aurais fait un texte sur les prétentieux demi écrivains qui prennent sur leur temps d’étude, j’dis pas…

  16. Tonton RG (Beurk Rogers Bla bla bla...)
    02.17.2015

    Bon, comme l’a dit un commentaire plus haut, c’était assez prévisible, c’est vrai! Quand j’étais plus jeune, j’ai eu ma passe « je dessine des pentagrammes et des croix renversées partout » mais ça s’arrêtait là. A part 2 ou 3 trucs, je ne suis pas trop branché black, même si l’imagerie satanique m’a plu pendant un temps. Aujourd’hui j’en ai strictement rien à foutre, seule la musique compte. Mais c’est vrai que voir tous ces petits satanistes en herbe m’a toujours fait marrer, et quand on y pense, certains peuvent devenir très dangereux dans leur débilité! Mais ce que j’adore le plus, c’est de voir les petits gosses de la banlieue bourgeoise du coin se saper en noir des pieds à la tête avec des trucs sataniques partout autour du cou prendre un air hyper sérieux quand il se déplace dans une salle de concert ou n’importe où, d’ailleurs. Ce ptit coté effrayant qu’ils se donnent et qui peuvent déconcerter les jeunes de leur génération mais qui nous parait absolument ridicule à nous, adultes! La plupart ont tout téléchargé et ne possede probablement aucun cd ou vinyles chez eux. Bref c’est marrant comme on peut être con quand on est jeune…

    • Canard
      02.17.2015

      Pas faux.
      Je pense que pour ces jeunes que tu décris, le satanisme est juste le « moyen » qu’ils ont trouvé pour se rebeller.
      En général, c’est juste une « passe » qui dure plus ou moins longtemps.


Répondre


Et aussi…

 

slider35
slider34
slider23_bonus
slider33bis
slider33
slider32
slider31
slider30