Sur « Fade to Black » tu n’emballeras point (2/4)

slider06picto052_2

3

— Débutant ou pas ?

JF avant moi s’était fait avoir en répondant « débutant ». On lui avait refilé des skis pourris et des godasses nazes. Même ses bâtons étaient merdiques.

— Débutant, moi ? Vous voulez rire ? Je suis un pro. Filez moi ce que vous avez de mieux que je vous dévale vos pistes de pédés en un temps record.

Je me retrouve avec des skis fluos et des bâtons tordus. La prof de français prend la parole. Faut faire des groupes. En fonction du niveau. Chaque groupe a un moniteur désigné. Je m’attendais à une épreuve ou un bête test pour déterminer les niveaux, même pas. C’est du déclaratif. Tout le monde répond gentiment, indique son niveau. Limite si certains ne sortent pas leurs médailles ou l’attestation de leur maman. Les groupes se forment, aucun ne me branche et les moniteurs ont tous l’air con.

— J’ai pas besoin de cours. Filez-moi mon forfait et on se retrouvera au bus le soir.
— Vous vous souvenez de notre pacte, Monsieur Canard ? Alors ne faîtes pas l’enfant et allez dans le groupe qui correspond à votre niveau.

J’emmerde les groupes, les médailles, je hais le ski, la montagne et les pistes avec leurs noms ridicules. Je n’ai aucune envie de me taper plusieurs heures de cours tous les jours pour un truc qui m’indiffère. J’ai juste envie de glander à une terrasse et de claquer tout mon blé dans des parts de tartes aux myrtilles.

Le reste de la chronique est désormais disponible en version Kindle ICI (jusqu’au 31 aout 2016, PGC participe au concours des « Plumes Francophones », merci pour votre soutien)

Lire la suite
Retour aux Chroniques
Retour en haut de page

A propos de Canard :

Les autres commentaires de Canard

9 réponses à “Sur « Fade to Black » tu n’emballeras point (2/4)”
  1. john cleese
    03.25.2013

    Tu étais vraiment un gros enfoiré comme ça où c’est de la licence littéraire ? ;o)

    • Canard
      03.27.2013

      Parmi tous les papiers que vous aurez l’extrême honneur de lire ici bas, sachez que celui-ci « Fade to Black » est l’un des plus réalistes / réels.
      Donc je viens de me traiter indirectement et tout seul de « gros enfoiré ».
      Mince, je me suis fait « eu » !

  2. 03.26.2013

    Marrante l’histoire de la piste noire, j’ai des doutes quant au Air guitar au p’tit déj’ tout de même ;-) Je le vois plus comme un fantasme furtif que comme une réalité gravée dans le marbre canardien, canaillou va!

    Par contre je te trouve très à l’aise pour foutre les nanas dans l’embarras, je trouve ça curieux car moi au même age -tous comme mes potes- on était franchement intimidés par ces glousseuses qui se déplaçaient en meute et communiquaient toute la journée par susurrements en te regardant du coin de l’oeil.
    En gros les nanas nous faisaient flipper, et peu d’entre nous (encore moins moi…) se seraient lancés à les vanner brutalement.

    Exception faite des très moches et des notablement reconnues comme grosses connes, celles-là on se faisait plaisir à les humilier, mais surtout pas touche aux autres meufs, respect sacré du au mystère troublant de la féminité naissante.

    Et puis bon, aller râler sur la pauv’ fille qui ne connait que le black album, je comprends la diatribe dans le contexte du moment (jeune et rebelle, déception suprême du plus grand groupe du monde blablabla) mais au fond ça restait une accroche sympa pour dévergonder la proie et lui déballer ton gros matériel… sonore à grands coups de Creeping Death ou Hit The Lights.

    Atomiser celui d’en face pour son inculture supposée, c’est ce qu’on faisait à longueur de temps étant jeune, histoire de se donner une « attitude » (derrière la carapace de gros con se cache une âme sensible, en gros), mais dans le cas du Canard, n’était-ce pas un poil surjoué ?

    • Canard
      03.27.2013

      Faut comprendre un truc dans ma « personnalité d’alors » c’est que j’en avais rien à foutre des nanas, elles m’indifféraient, je les trouvais globalement connes. Entre coucher avec une nana de ma classe et écouter un bon Live de LEZ ZEP, à l’époque, j’aurais hésité.
      Vu que je m’en foutais, j’avais aucune raison de rentrer dans une quelconque séduction avec elles.
      Vu que je préférais écouter Metallica que de devoir supporter leur conversation inepte.
      C’est dit !
      Canard

  3. Bebert
    03.26.2013

    Rhololo quel clown ce canard!

  4. rabouga
    03.27.2013

    Alors moi qui suis guitariste, j’ai toujours utilisé le hard comme moyen de séduction avec les nanas… Je n’ai jamais été indifférent aux filles et faisait une grosse distinction entre ce qu’elles écoutaient et ce qu’elles avaient à proposer (une belle paire de jambe, même si il y a IAM en musique de fond reste plus sympa qu’une soirée comme un con devant vulgar video de pantera…).
    Je me suis donc jeté sur le black album comme sur du pain béni et j’ai vite appris les balades à la guitare! Merci Metallica, Satriani, Megadeth… vos pires morceaux de guimauve musicale m’ont permis d’emballer grave!!

    • Canard
      03.28.2013

      Ça, c’est l’autre approche.
      J’ai toujours eu la sensation un peu diffuse que les meufs comprenaient rien à ma musique. Qu’on parlait pas de la même chose.
      Dés lors toute discussion musicale avec elles était vouée à l’échec. Du moins à cette époque de ma vie.

  5. Kommander
    03.28.2013

    Encore un bon papier.

    Moi, c’est pareil : les nanas, je ne tentais même pas de les draguer avec le hard (mes potes trouvaient cette musique ringarde, savaient juste que Maiden et les 4 étaient grands, mais certains kiffaient Kill ’em all et plus particulièrement la chanson Seek & Destroy ).

    D’ailleurs, autre question : vu que tu respectes l’attitude de Kurt Cobain, était-ce la même chose pour Per « Dead » Yngve Ohlin (a priori non, vu qu’il était fou) ?

    Moi, Metallica, j’ai commencé par For Whom the Bell Tolls et Jump in The Fire (n’est même plus joué en live… snif)

  6. Zardû
    11.04.2013

    Bravo Canardou. Ta plume acerbe et tranchante me fait dire que tu aurais dû choisir comme pseudo « Le canardeur » en référence au film « Thunderbolt and Lightfoot » avec Jeff « Big Lebowski » Bridges et Clint « Blondin » Eastwood.

    Je ne comprends que trop la légitimité de ta colère face à la falsitude de la fan de Nirvana qui se dit connoisseuse de ‘Tallica. Elle me rappelle les rebelles packagés qui écoutaient RATM entre deux camps scouts. J’avais envie de les frapper. Ce thème me rappelle « Package Rebellion » d’Anthrax sur « Sound of white noise », un grand disque.


Répondre


Et aussi…

 

slider35
slider34
slider23_bonus
slider33bis
slider33
slider32
slider31
slider30