Zardû Strikes Back (4/5)

slider18picto052_2

Partie 4 : « Notre Lemmy qui êtes aux cieux… »

Zardû, sa meuf, MJ, et les mecs de MUYA — Reno et Pasteur G — sont attablés depuis un moment à la pizzéria. Suis à la bourre, comme toujours. La discussion bat son plein, Zardû crie et en face ça échange des regards amusés. Serrage de mains rapide, une Duvel avec une trois fromages merci. Z’ont de bonnes têtes, pas du genre à se sentir obligé d’afficher leur « Metallitude » sans pour autant avoir l’air de blaireaux. Ça cause Metallica la bave aux lèvres, j’entre comme un poisson dans l’eau avec l’impression de les connaître depuis toujours.

Zardû : Tu tombes bien, mini boule ! Tu sais ce que prétendent ces deux affreux ? Que Ride the Lightning est une merde ! Que c’est un album vénal,  de remplissage blablabla…
Canard : Non ?
Reno : Non, on dit pas que c’est une « merde », mais qu’il est surestimé et composé pour l’essentiel de chutes de studio époque Kill Em All.
Pasteur G : Puis qu’il y a déjà dessus de la facilité et du remplissage, effectivement.
Reno : De toute façon, Metallica depuis Kill Em All
Canard : Quoi ? Vous ne respectez pas Master non plus ?
Zardû : N’IMPORTE QUOI !!!

Silence. La pizzéria est presque vide, le patron peut donc se permettre de nous sourire.

Zardû : Ride est un monument. La « Bible » du Thrash, pas plus pas moins. Un album quasi parfait, même les fillers sont excellents dessus. De toute façon, rien que pour Creeping Death — le meilleur riff du monde — vous ne pouvez pas faire vos bouches en cul de poule.

Pasteur G zappe ostensiblement Zardû pour s’adresser à moi. Je déduis de l’inélégance de son geste que ce n’est pas la première fois que ces trois-là se frittent au sujet de Metallica.

Pasteur G : Master  — pour répondre à ta question — est pour nous l’album de la maturité. On considère Ride comme un album surestimé pour de mauvaises raisons, mais pas une « merde » pour autant.
Reno : Exactement. Il y a de bons trucs dessus, mais déjà cette envie de faire du fric. Notamment avec la balade Fade to Black qui préfigure One ou pire The Unforgiven 1 à 3. Trop facile.
Canard : C’est bien la première fois que j’entends un truc pareil… Fade to Black est à des années-lumière de la balade commerciale tout de même. Je rejoins Zardû de toute façon, Ride est un immense album et en aucun cas une simple resucée de Kill. Vous parlez de remplissage par exemple, mais je ne vois même pas ce qu’on peut reprocher à un titre comme Trapped Under Ice… On sent presque le froid glacial s’insinuer entre les lignes de chant et le break dévastateur.
Reno : Et Escape alors ?
Pasteur G : Et cette scie prog de Cthulhu ?
Canard : J’aime beaucoup Kill — son énergie et sa fraîcheur — mais Ride est le genre d’album qui trace une ligne sur le sol. Même discographiquement parlant, il y aura un avant et un après cet album pour le groupe. En ce sens, pour moi, Master n’est que la confirmation et la réaffirmation du talent entrevu sur Ride.
Zardû : Parfaitement !

« Dans un top 10 de Metallica, y aurait au moins 5 morceaux extraits de Ride » Le murmure de MJ impose un silence soudain à table. La voix de la sagesse façon Silent Bob dans Clerks

Canard : Merci ! Puis, les gars, un truc me chiffonne, si vous chiez sur Ride, je serais bien curieux de savoir quels albums trouvent grâce à vos yeux ?
Pasteur G : On dit « juste » que Ride est surestimé et déjà vénal…
Canard : Et Rust in Peace alors ? C’est quoi ? Un album commercial aussi ? Puis on n’a qu’à dire que Reign in Blood est surfait et Sound of White Noise un album de compromission…

Reno et Pasteur G échangent un regard complice.

Reno : On respecte le « Big Four », y a pas de souci. Mais de notre point de vue, il y a des tas d’autres groupes aussi bons… Comme Kreator, Coroner ou Exodus…
Pasteur G : Voire meilleurs sur certains points.

Scié, je suis. Il s’agit précisément au mot près d’un point sur lequel Zardû et moi sommes récemment tombés d’accord au bureau. Des groupes comme Overkill, Sodom ou Coroner mériteraient davantage d’intérêt que les quatre gros fonctionnaires US.

Canard : Suis assez d’accord avec vous sur le fond, les gars. Notamment sur Coroner qui est un super groupe. M’enfin, l’un n’empêche pas l’autre, non ? Dans tous les cas, ça ne vous donne pas le droit de faire du révisionnisme sur le Metallica d’antan.
Reno : Pour nous, Kill est le meilleur Metallica, c’est tout. Après cet album, ce ne sera qu’une longue descente aux enfers, plus ou moins parsemée d’inspiration et d’éclairs de génie.
Pasteur G : Et d’opportunisme, de fainéantise etc.
Reno : Ceci étant, il est vrai que Master est un grand album, leur dernier.

« Leur dernier »… Autant essayer de convaincre des extincteurs. Leur certitude s’arque-boute sur des années d’investigation, d’analyse. Des centaines d’albums empilés dans leur chambre, d’heures de concert à travers les âges. Leur pensée a tellement été mâchée et remâchée qu’elle en est devenue aussi souple qu’un bloc de granit. Les phrases tombent comme des sentences et chaque mot a dans leur bouche le poids d’une balle. Changement de sujet.

Canard : Et vous êtes donc fan de Coroner ? Je veux dire, vous connaissez bien le groupe ?

Reno avale son morceau de pizza de travers et Pasteur G tousse.

Reno : Tu nous demandes « à nous » si on maîtrise ce dossier ?
Canard : Je pose la question. Peu de personnes maîtrisent bien le dossier comme vous dites. De même qu’il est fréquent d’entendre toute sorte de conneries et d’erreurs sur des groupes comme Kreator et Sodom.
Pasteur G : T’es fan de Sodom ?
Canard : Plutôt. Mais aussi de Death Angel, d’Overkill et de groupes comme Sacred Reich.

« Il connait vraiment le Thrash » murmure Reno à Pasteur G. Prenant Zardû à témoin, j’explose : « Ils se demandent si MOI je connais bien le Thrash ! ». Quinze partout, la balle de 10 mm au centre. On laisse Metallica, Slayer et Coroner reprendre leur souffle au bord de la table. A une réflexion déformée près, Zardû et moi présentons le même genre de numéro de « duettistes ». Mais tous les quatre, défenseurs de la même foi.

Je réalise que la meuf de Zardû — MJ — n’a plus ouvert la bouche depuis un bon moment. Notre bras de fer de « True du culte » a sans doute dû l’effarer au plus haut point. J’essaie de la rattraper.

Canard : En ce sens, le concert de ce soir, en plus d’être un pèlerinage pour tout hardos qui se respecte, est aussi le dénominateur commun de toutes les chapelles. Motörhead est le fluide qui relie tout le monde, qu’on soit fan de Marduk, de Death, ou de Loudblast. Jon Bon Jovi lui-même le considère comme un Dieu vivant.

Silence. Rien que de prononcer le nom du « Godfather of Heavy Metal » suffit à recoller le nez de chacun dans sa mousse.

Canard : Alors ? Votre album préféré de Motörhead ?
Zardû : Iron Fist ou
 Bomber…
Reno :
Ace of Spades
Pasteur G : Pour ma part, je suis surtout fan de la période avec Filthy. No sleep til Hammersmith, Ace of spades.

« Moi, ce serait plutôt 1916 » souffle MJ. 1916… THE album de Lemmy. Le plus homogène, le plus réussi, un pivot discographique. Une putain de bonne réponse que seul un vrai connaisseur du groupe peut balancer. Je regarde d’un œil neuf la compagne de Zardû. Recouverte aussitôt par le brouhaha de la discussion, elle bat en retraite en laissant ses deux oreilles attentives sur la table. Zardû a réussi à se trouver la seule nana Bac+9 et experte en Motörhead de toute l’Ile-de-France…               


Notre petit groupe évolue doucement vers le Zénith. On croise des bancs de Hardos, des troupes de Rockers du dimanche et quelques motards grisonnants égarés. Toute cette populace graisseuse forme une masse indistincte devant les portes de la salle de concert. Zardû lance alors un débat sur l’acoustique en live et défonce le Zénith. Reno propose de faire un classement des meilleures salles de concert, Pasteur G essaie de défendre Bercy alors Zardû hurle. Pour faire redescendre la pression, je donne mon classement des meilleures petites salles
[1] puis Reno explique que l’Elysée « c’est acoustiquement très moyen » alors Zardû manque de s’évanouir car c’est la meilleure salle du monde, que son fantasme absolu serait de voir Slayer jouer à l’Elysée un set exclusivement orienté Reign – South – Seasons et que c’est pas possible de dire de pareilles conneries. Pasteur G sort une feuille de papier et propose de dresser un Top 100 des meilleurs albums de Thrash du monde. Heureusement, Danko Jones déboule en première partie et fait un boucan du tonnerre, de sorte que toute discussion est impossible.

Pause. On organise des allers retours « ravitaillement binouzes ». Je peste en silence en trempant mes lèvres dans la Kro pression infâme et rêvasse d’un Top 5 des meilleures bières à proposer durant un concert de Metal[2].

Puis Lemmy arrive. Un râle d’admiration traverse le Zénith. La moitié de la salle a le souffle coupé dans son élan. Master Lemmy, beau comme un carré d’as. Avec le Stetson, les santiags, les verrues… la panoplie complète. La Tête de Moteur démarre et ronronne comme une vénérable Harley. Tout le public se dandine instinctivement en poussant des soupirs de satisfaction. Dieu que ça fait du bien un bon vieux Motörhead. Deuxième titre, je retire mon blouson en cuir, file mon sac à Zardû et commence à envisager la fosse. Je descends dans l’arène, doucement. A moins de dix mètres de Lemmy Tout Puissant, à presqu’une poignée de mains de Jimi Hendrix. Plus j’approche de la divinité, plus elle s’effrite. Lemmy souffle, transpire. Quinze minutes de concert et déjà il pousse ses lignes de chant en déambulateur, derrière lui son groupe serre les boulons comme il peut. A la fin du troisième titre, Lemmy est quasi aphone. Reste une heure trente de concert… Show chaud !

Et la suite, on évite de la raconter dans les milieux autorisés. On continue de faire tourner le mythe, on retient qu’on a vu Lemmy en vrai et que c’était incroyable. Peu importe que Motörhead porte son Dieu à bout de bras et non l’inverse. Peu importe qu’on remplisse le set par des solos de batterie et de basse lénifiants pour permettre à pépère de reprendre son souffle. Peu importe. Du moment qu’il est là et qu’on a notre rata règlementaire de Heavy Metal. Alors Lemmy souffre, éructe et pète une ligne de chant sur deux. Ses copains essaient de maintenir la barque à flot jusqu’à la fin du concert, avant le naufrage final.

Fin des années 2000, Motörhead est finalement assez représentatif de l’état de fraîcheur de notre musique et de la bienveillance aveugle de ses fans. Garder le mythe le plus intact possible. Je regarde Reno et Pasteur G qui se trémoussent en fermant les yeux. Fermer les yeux et oublier. Faire le vide dans sa tête pour se réfugier dans nos souvenirs. Jeter un voile pudique pour continuer de rêver. Nos groupes sont morts ou pourrissent plein air, mais on va faire style de rien. Remplir le Zénith pour mettre Lemmy sur un nuage.     

Notre Lemmy qui êtes aux cieux,
Restez-y !

Je regarde Zardû entamer le genre de danse de Saint-Guy dont lui seul a le secret et me sens un peu triste. Alors je ferme à mon tour les yeux.


Rien à se mettre sous l’âme ?
(Epilogue)

Novembre 2009
Zardû au bureau

Canardou est parti. Sof, Davidier et Thomas également. Fort heureusement, une nouvelle équipe de mecs bien cools m’a rejoint dans les rangs de la « 5ème colonne » qui s’autorise à penser. Il s’agit d’Al Must, du Kenyan blanc et d’Al Facino. Certes, ce ne sont pas des métalleux, mais de vrais mecs quand même, la tête bien faite, le coeur et les couilles à leur place.

Pour tenir dans le boulot sans péter un câble malgré une pression managériale réelle et pesante, je me suis jeté corps et âme dans l’enregistrement de Rien à se mettre sous l’âme ? Pratiquement, tous les soirs après le boulot : branchement de l’enregistreur 32 pistes, allumage de l’ampli et vogue la colère.
J’ai bien avancé, puisque j’ai enregistré et prémixé 11 titres : Fitch’emall, Maldoror, Semences, Alstrubaldh, Endoscopia, Fogenstein, Occiputes, Groove Acier, Procrastination, Geek Song et Participation

RRRRRRRRRRRrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrring.

— Fitch ?
— Salut Ga, comment va ?
— J’ai reçu ton CD. Je viens de me le mettre dans les oreilles… Putain, comment t’as taffé man !!!… Chuis trop fier de toi.
— Sérieux, ça t’a plu ?
— Tu rigoles ??? C’est mooorr-tel ! Bon y a des trucs à améliorer, les voix sont surmixées sur les 5 premiers titres, certains refrains sont moyens, mais, globalement, c’est trop bien. Y a des riffs de ouf, des breaks de malade. Et les solos…. Avec quelques modifs çà et là, tu tiens une bombe d’album. Franchement, bravo mec. Et tu me connais, j’ai pas le compliment facile…
— Bin merci, ça me touche. T’as écouté Participation… ?
— Non, pas encore. Là, j’en suis à Geek Song. Super bien vu le coup de l’instru.
— Bin vazy et tu me diras ce que t’en penses.
— Ok, j’y retourne. Pfff, franchement, je me répète, mais y a un nombre de bons riffs absolument incroyable. Au fait, pour la pochette, j’ai déjà des idées, je te montre ça dès que c’est prêt. Tcho man.

Je raccroche et me sens immédiatement réchauffé par une montée de bonheur. Je suis tout euphorique et manifeste mon enthousiasme en sautant partout dans l’appartement. Faut dire qu’un compliment de la part de Ga c’est comme une mine de diamant, ça se rencontre tellement rarement que si, par hasard, ça arrive, on s’en réjouit dignement. En la matière, il est à peu près aussi généreux que Canardou, c’est dire.

« Il va me faire une super pochette ! Il va me faire une super pochette !« 

— Qu’est-ce que t’as papa ?, me demandent les enfants, intrigués par mon état de surexcitation.
— C’est Ga, il a adoré mon album, et il va me faire une super illustration pour la couverture. J’en salive d’avance.

Regard semi-consterné de la part de mes trois bambins, genre Sutherland/ De Niro dans Backdraft :

— Ah, ok. On pensait que c’était quelque chose d’important…

Retour au bureau, échange de mails, entretemps Ga a écouté Participation…

Cousin Ga
Celle-là, je me l’écoute en boucle, c’est le top de l’album. 7’30 de bonheur.
Fitch Zardû
Je savais qu’elle te plairait. C’est trop nous cette chanson, elle allait forcément te parler. J’ai commencé à établir le planning de travail des modifications à apporter. Je résume : changement de refrain sur Semences et Alstrubaldh, amélioration des paroles du 6/8 sur Maldoror. Sinon, que penses-tu de Fitch’em all ?
Cousin Ga
Tu me connais, j’aime pas les égotrips. La zik est bien, mais les paroles ne sont pas à la hauteur. Puis commencer l’album par un monumental « je vous dose tous bande de merdes », ça le fait moyen. On le sait déjà, c’est dit tout au long de l’album. Et puis y a déjà OncBara qui insulte tout le monde dans l’intro de Maldoror, c’est presque redondant du coup.
Fitch Zardû
Ok, je note, c’est tout ?
Cousin Ga
Pas tout-à-fait, non, et sur Endoscopia ? T’as réfléchi à ce que je t’ai demandé ? Remettre quelque part l’intro dans la chanson ?
Fitch Zardû
T’es sûr que c’est nécessaire ?
Cousin Ga
T’es à la masse ou quoi ? C’est juste l’un des meilleurs riffs que j’ai entendu de toute ma vie. Alors tu vas le remettre quelque part, sinon, tu vas être passible d’un crime inacceptable dans le métal…
Fitch Zardû
… le gâchis de riff.
Cousin Ga
Exactement. Un riff aussi bon, ça s’exploite. Tu vas pas faire ton Dimebag avec certains riffs de Pantera, sottement gâchés en outro, alors qu’ils auraient pu être exploités pendant tout le morceau, genre 5 minutes alone ou
Where you come from ?
Fitch Zardû
T’inquiète. En me ressortant notre fameuse théorie, tu me prends par les sentiments. Je vais remédier à ce problème. Et la pochette, t’as pu avancer dessus ?
Cousin Ga
Elle sera prête mi-décembre, comme convenu. Surprise totale. Mais tu devrais kiffer.

[1] 1) Bataclan 2) Maroquinerie 3) Le Plan
[2] 1) Lucifer 2) Judas 3) Fin du Monde 4) Mort Subite 5) Rince Cochon

A propos de Canard :

Les autres commentaires de Canard

10 réponses à “Zardû Strikes Back (4/5)”
  1. MrGland
    03.05.2014

    Bon bah pour éviter que Zardu ne se vexe, voici un commentaire, pour ne rien dire si ce n’est que maintenant on attends de pouvoir les écouter, les fameux morceaux! (peut-être la surprise du 12 mars?)

  2. satch
    03.05.2014

    sympa! mais encore trop court!

    sinon y a moyen d’écouter ta démo quelque part?

  3. Hugo
    03.06.2014

    Yop, ça fait un bail que je suis tes papiers sans prendre la peine de commenter, donc ma grande première est pour aujourd’hui (snif, que d’émotion …).
    J’aime beaucoup tes petites histoires et j’arrive bizarrement (étant donné que, à part à très petites doses, je n’arrive pas à supporter le métal …) à m’y retrouver assez souvent. Je ne sais pas trop si tu vas continuer longtemps mais j’espère que ce sera le cas parce-que c’est vraiment sympa à lire.

    Et sinon concernant cette histoire, je trouve le dernier paragraphe (avant l’épilogue) particulièrement triste, ça fout un sale coup de blues …

    • Canard
      03.13.2014

      Merci pour ce premier commentaire qui me va droit au coeur pour une raison toute bête : tu n’es pas un hardos et tu apprécies quand même.
      Ca veut dire quelque chose pour moi.
      Pour le reste, comme je l’ai déjà dit, j’ai une trentaine d’histoires. A priori quatre saisons. Donc PGC va continuer. « Longtemps » je sais pas, tout est relatif. Mais quand même.

      • Fitch Zardû
        03.13.2014

        Je me joins au Canard pour dire à mon tour que ce commentaire me touche. Avant tout, sur PGC, on a vocation à parler de la vie et des anecdotes plus ou moins heureuses survenues en la traversant. En ce sens, ce blog est assez universel. A la lecture de ce post, je me réjouis qu’on ait atteint l’objectif de parler de nos tranches de vie sur un angle susceptible de toucher tout le monde, au-delà de la seule sphère du métal. C’est exactement ce que je voulais.

        • Hugo
          03.14.2014

          Waah, j’ai droit à une réponse des deux :)

          Je pense que quiconque étant passionné de musiques, quel que soit le genre (voir même passionné par n’importe quoi en fait …) trouvera son compte dans vos histoires, on retrouve des choses qu’on a vécu, la découverte d’un nouveau groupe par exemple, le côté incompris par la majorité qui balance des trucs qui paraissent normaux pour eux mais qui sont des insanités pour le vrai passionné (le coup du « je l’ai l’album » est un très bon exemple, moi ça me fait la même avec les types qui balancent « ouais j’écoute les Stones, trop bien, « Angie » et « Satisfaction » » …), ou encore la rencontre avec un type qui partage cette passion (pour revenir sur cette histoire en particulier).

          Bref, c’est toujours un plaisir de lire une nouvelle histoire, j’ai hâte de lire la saison 3 !
          Et merci pour vos remerciements !

  4. Samuel
    03.06.2014

    Ben tu vois ça fait longtemps que je voulais réécouter ton CD et n’en prenait pas le temps, mais là c’est décidé, j’ai trop attendu, je reviendrai en parler…
    Pressé d’entendre endoscopia à nouveau… J’étais là à la naissance de ce morceau et que de souvenirs … et surtout d’images qui reviennent ^^

  5. KaosFactor
    03.07.2014

    Allez, on suit la meute :

    Ils sont où, les riffs-à-pas-gâcher ????? (et je peux encore en mettre plein des « ? » si j’veux)

    Maintenant, on se répète :

    Toujours aussi bien écrit. Ma pause « que c’est bon l’esprit Métal ».

  6. Kommander
    03.11.2014

    Ah, oui… Bonne, cette discussion

    …And Justice for All ou Ride the Lightning, Kill ou Master.

    Bon, ce Ride a beau contenir des titres killer, des arpèges dans tout les sens, il faut quand même reconnaitre que tout ça a assez mal vieilli (j’affirme aussi que Escape ne sert vraiment à rien). Je veux dire, ces disques de thrash ont toujours du charme, certes. Il y a bien le contexte de l’époque mais…

    On ne peut plus refaire ça, aujourd’hui. Darkness Descends, tout ça… Non. Trop d’eau a coulé sous les ponts, depuis. Et bien sûr, le rétro-thrash est symptômatique de ça.

    D’ailleurs, sur le site j’aurais bien rajouté Renewal de Grin dans le genre prise de risque.

    K.

  7. Skyzosheep
    10.25.2014

    Marrant ça, le plan c’est pas loin de chez moi. J’ai du voir qu’un seul concert là-bas, mais c’était pas mal (une batucada si mes souvenirs sont bons). Sinon comme d’hab les papiers du canard sont très cool, et Zardu écrit bien… J’adore le passage avec ses gosses.


Répondre


Et aussi…

 

slider35
slider34
slider23_bonus
slider33bis
slider33
slider32
slider31
slider30